Le futur des territoires au Sénégal: mythe ou réalité ?

Cette question nous traverse souvent l’esprit mais nous l’esquivons consciemment sous prétexte d’une fiction ou d’une naïveté ignorante. Toutefois, le futur de notre vie continue de nous faire rêver. En vérité, l’homme s’invente à travers ses projets de société sans y associer le territoire auquel il est devenu indissociable. Tout part de l’être dans l’essence et du vouloir être dans la foi mais l’être sans y être nous plonge dans une utopie. Cette problématique du futur, comprise au sens de la prospective, ne semble point agiter les sciences sociales en Afrique malgré les enjeux et les dynamiques observés sur les territoires. Pour construire les territoires du futur, il faut étudier le futur des territoires. Tous les outils d’analyse du territoire nous permettent d’aller vers des scénarii soutenus par l’identification des tendances lourdes. Le diagnostic approfondi de nos territoires ne doit point constituer un mythe scientifique dans la mesure où notre capacité d’adaptation et d’appropriation n’est point facultative. Loin d’être une optionnelle, cette ligne de réflexion doit aboutir à une redéfinition des politiques adaptées à nos territoires.

Après plus de deux décennies de décentralisation, les collectivités locales, devenues hâtivement des collectivités territoriales au Sénégal, baignent à nouveau dans le tâtonnement et la précarité. Les réformes de 1972 découlent d’un projet de territoire reposant sur l’organisation de ceux-ci ainsi que et leurs modes d’administration. L’imagination précoce ayant abouti à l’érection des communautés rurales en collectivité locales inscrit la politique dans l’holisme des zones rurales. Renforcée par les réformes de la régionalisation, ce processus de construction des territoires a suscité la réflexion autour de la variabilité du concept, notamment la territorialisation des politiques publiques au niveau des différentes échelles d’intervention. Ces réformes de 1996 ont repensé l’avenir des territoires avant de les adapter aux contexte de la mondialisation et la globalisation des économies. La planification, comme une compétence transférée, est devenue le levier du développement endogène et exogènes des régions. Incomprise, elle n’a servi à rien.

Hélas, les prospectives définies autour des projets de territoire avec une harmonisation autour du plan local de développement intégré (le PRDI) s’inclinent devant l’utopie des réformes de 2013, maladroitement appelé l’Acte 3 de la décentralisation. Le plagiat sur le modèle occidental ne peut réussir que s’il est adapté aux réalités de nos territoires. L’authenticité de la notion de communauté rurale, comme modèle de collectivité locale, devait générer de nouveaux concepts dans l’environnement du développement local. Moins inspirés que les futuribles, elle disparaît en laissant des « terroirs communaux ». Par quelle magie la communalisation intégrale peut-elle émancipé nos terroirs toujours affectés par le dépérissement et la paupérisation ? Arrêtons-nous un peu et ayons le courage d’analyser les effets des réformes simultanées sur le territoire.

« L’Acte 3 » compromet la chronologie de la décentralisation sénégalaise dont les repères se perdent dans la recherche de consensus sur la succession des faits majeurs. Toute réflexion peut adhérer à cette problématique parce les « actes 1 et 2 » sont des palimpsestes du passé de cette politique. Cette nébuleuse affecte la sémantique des concepts, notamment la décentration par rapport au transfert de compétences et surtout son caractère progressif et irréversible annoncé dans le code des collectivités locales de 1996. L’aberration relative à la suppression des régions dans l’ordre des collectivités locales est un facteur de déstabilisation sur l’avenir de celles-ci. En quoi et comment le département, érigé en collectivité locale, peut-il être plus compétent que la région dans le domaine de l’aménagement du territoire ? Depuis leur création en 2013, les départements se présentent comme de simples gouffres financières. Avez-vous identifié, ici au Sénégal, des projets de territoire portés par les départements ?

Qu’est ce qui empêche de fédérer les collectivités locales autour de l’intercommunalité, surtout quand celles-ci sont voisines et présentent les mêmes réalités socioéconomiques ? En effet, la forte urbanisation et les enjeux de l’étalement urbain à Dakar ont engendré des dynamiques dans la périurbanisation et des processus de métropolisation à la périphérie du centre-ville. Mais l’absence d’anticipation et de contrôle sur le territoire ont conduit à l’émergence spontanée des projets de grande envergures dans l’aire métropolitaine Dakar-Thiès-Mbour. Il s’agit du projet de Diamniadio (ville, pôle ou collectivité territoriale ?) de l’autoroute à péage et de l’aéroport AIBD. Le Professeur Assane Seck avait annoncé la métropole dakaroise depuis 1970 mais cette vision n’est pas accompagnée d’une prospective en vue d’un projet de territoire. Cependant, il est urgent de définir l’agglomération dakaroise à partir des trois pôles de Dakar, Thiès et Mbour. Ce Grand-Dakar en gestation doit être la première commune d’agglomération réunissant toutes les collectivités locales de cette interface. Le Grand Saint Louis va réunir Louga et Podor, etc.

La prospective s’appuiera sur des étapes fondamentales dont le diagnostic territorial à travers l’utilisation des outils de collecte adaptés et l’adoption de la méthode dite Force/faiblesse ; Opportunités/menaces (FFOM ou SWOT). Cela permettra de dégager les tendances lourdes et des projets de territoire à moyen ou long terme. Quelle conclusion peut-on tirer du plan Ecochard de 1967, de l’horizon 2020, des OMD et des agenda 21 locaux ? Il est nécessaire pour le Sénégal de disposer des territoires attractifs et compétitifs mais notre handicap se situe au niveau de la prospective. Pourquoi a-t-on peur du futur de nos territoires ?

Dr Mame Cheikh NGOM, thieeko@hotmail.com
Enseignant-chercheur à l’UCAD
département de Géographie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *