En République de SALLesie !

On connaissait l’homme de Cromagnon; souhaitez la bienvenue à celui de SALLesie !
Lui ne manque pas de piquant. Comme l’attestent ses récentes incongruités. Sorti illégitimement amoindri d’un non-scrutin, rondement volé, alors qu’on débat dans toutes les chaumières des micmacs ayant conduit ses “institutions” à le proclamer vainqueur Tekele, coup-KO, tout ce qu’il trouve à faire est d’aller se réfugier dans une grotte entre Abu Dhabi et Marakech. Chez certains initiés on n’y vit une sorte de Khalwaa politique. On pria qu’une lumière divine puisse l’y trouver pour mettre de bonnes idées dans sa vide tête. Hélas, il n’en fut rien. Ce fut pire, à l’arrivée. Quand il en sortit il y a environ un peu plus de deux semaines, ses exploits n’ont cessé de dérouter son monde déjà sous le choc, en apesanteur ectoplasmique électoral.
D’un, il sort de son chapeau une équipe COUR-nementale dont les membres finissent par donner l’air d’un ensemble mort-né, comme une poussive voiture incapable de démarrer, vrombissant de bourdes, immobile sur place, avec des pièces que l’on croyait bonnes pour être jetées aux animaux faméliques du parc de HANN ou à recycler dans les sauces immangeables du COUD.
Nul ne sait où cette sauce cour-nementale salmigondis va mener ce pays mais ce qui se dégage de la marmite sent très mauvais, dès à présent, et le wolof comme le britannique a déjà évoqué cette hypothèse. Le premier dit: c’est au moment où il bouillonne qu’on sait si le repas sera ou non bon, tandis que son alter ego d’Outre-Manche le dit autrement: c’est dans le palais qu’on teste la qualité du pudding.
Mal-départ donc.
Si Abdoulaye Nar Samb, le célèbre chroniqueur hippique, était encore en vie, il aurait sans doute ajouté: double faux départ.
Puisque, en deuxième bourde, l’homme de SALLesie n’a trouvé mieux ou pire que de décréter la suppression du poste de premier ministre en demandant au condamné à mort, en la personne de Sa Servitude Dionne, de l’annoncer lui-même. Quelqu’un qui lit sa propre sentence et les détails de son exécution publique: la SALLesie rime avec Sadismesie ! Prendre une décision aussi lourde de conséquences sans en discuter ni l’évoquer pendant la campagne électorale, ça revient à condamner à mort un homme sans juges ni jurés ni un processus légal idoine. C’est du n’importe quoi. De l’amateurisme d’un mécanicien qui se décrète chirurgien parce qu’habille d’une tunique de médecin et nanti d’un bistouri…
Face au corps du grand malade, ici le Sénégal, il n’a pas fléchi: d’un coup sec, il l’envoie au ciel, sous terre.
La chose aurait pu être un épisode tragique de la pièce Pod et Marichou (dont je ne sais que dalle) mais c’est plus grave que ça…Car voilà une décision majeure qui est prise par un analphabète constitutionnel au point de risquer de déstabiliser notre architecture, notre régime institutionnel. Comme l’analyse lucidement le Professeur Ngouda Mboup, un de ces nombreux brillants talents juridiques ayant prospéré sous nos cieux ces derniers années.
Nous sommes mal partis. Nulle part au monde une aussi majeure décision aussi de-consolidante que consolidante, en principe selon les mots de l’universitaire vomi, ne peut être lancée sans au préalable une consultation du public et des sachants.
Alors qu’on n’a pas fini de mesurer ce que masque ce cataclysme, nous découvrons que le pays a été bazardé une fois de plus après l’abandon de ses ressources naturelles et financières entre des mains criminelles complices de Son Illégitimisme.

Parce qu’en troisième lieu nous réalisons qu’au lieu de laisser le processus électoral aller librement à son terme, l’homme de SALLesie avait donc signé un de ces terribles, honteux Protocoles de compromissions: celui de Conakry.
Où l’on devine donc que cela inclut des reniements sur des décisions judiciaires et des abandons de dizaines de milliards, tout cela en échange du silence de son allié en crime Maître Abdoulaye Wade, pour les beaux yeux de son fils, Karim. Les 138 milliards que nous doit ce voleur innommable, lâché par tous, seront donc oubliés.
Le guinéen Alpha Conde, l’homme du troisième mandat, autocrate cynique, qui devrait être le dernier à parader sur une terre démocratique, est si content de son coup qu’il fait le tour des rédactions du Sénégal pour dérouler sa campagne de relations publiques. Nous sommes foutus. Il dit: “c’est à Wade et Macky d’annoncer le contenu de leur deal”.
Nous voici, Sénégalais, dessaisis, marginalisés, notre élection volée, les preuves de Wade enterrées, notre société fracturée, notre patrimoine économique et immatériel bradés et notre peuple retiré des pays démocratiques.

Pendant ce temps, dans une atmosphère paranoïaque intenable, retranché en son illégitime palais, vidé de la plupart de ses occupants, qu’il a découvert, à son image, fraudeurs, arnaqueurs, racoleurs, en plus de leur incompétence partagée, l’homme de SALLesie ne tient plus la distance.

Face à l’immense trou qui le tire vers un vide sidéral, il préfère mourir en nous entraînant dans sa déchéance.

Seuls les étrangers s’y trouvent à l’aise.

Ps: Dans ce pays qu’ils ont transformé en merde on m’entend et ne voit que des membres de la famille, du clan et des larbins…Comme Aliou Sall Et co !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *