Les femmes africaines sur la honte de la perte de cheveux

Des années de style, de tressage, de traction, de détente et de couture des tissages ont laissé un modèle sud-africain en herbe de 31 ans à la tête chauve.

“Chaque fois que je sortais mon tissage au salon, je les faisais chimiquement” relaxer “mes cheveux et je mettais ensuite un autre tissage le même jour – je n’avais jamais mes propres cheveux”, dit Bandile (pseudonyme ).

C’est une forme de perte de cheveux appelée alopécie de traction, et elle était à l’école secondaire quand elle a remarqué que ses cheveux tombaient.

Toutefois, le résident de Johannesburg n’est pas le seul. La maladie touche un tiers des femmes d’ascendance africaine, selon une étude publiée dans la revue médicale Clinical, Cosmetic and Investigational Dermatology.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *