«LE POSTE DE PM N’EST PAS UNE INSTITUTION»

Abdoulaye Makhtar Diop, le 5ème vice-président de l’Assemblée nationale, se veut formel sur le référendum souhaité par l’opposition pour supprimer le poste de Premier ministre.

Moctar DIENG – sud quotidien

Objectant que le dit poste n’est pas au Sénégal une institution mais plutôt un organe de l’Exécutif, il a fait comprendre que le recours à la consultation populaire n’est pas une obligation. Abdoulaye Makhtar Diop était l’invité du « Jury du dimanche » hier, dimanche 28 avril 2019.

A l’opposition qui reproche au président de la République de n’avoir pas organisé une discussion avant d’envoyer à l’Assemblée nationale le projet de loi portant suppression du poste de Premier ministre et de n’avoir pas choisi la voie référendaire, Abdoulaye Makhtar Diop a répondu de manière directe hier, dimanche .28 avril 2019. Invité du « Jury du dimanche » de Mamoudou Ibra Kane, le 5ème vice-président de l’Assemblée nationale dira : « Le choix de la voie référendaire, c’est la Constitution qui en laisse la latitude au président de la République…Si vous prenez la majeure partie des responsables de l’opposition, ils ont tous été au pouvoir. Macky Sall, président de la République, n’a pas écrit cette Constitution. Les dispositions dont on parle sont dans cette Constitution depuis 1961.

Le choix du référendum ou de la voie parlementaire est organisé par la Constitution ». Poursuivant son argumentaire, Abdoulaye Makhtar Diop a tenu à rappeler que le poste de Premier ministre au Sénégal n’est pas une institution mais plutôt un organe de l’Exécutif. Il est délégataire de pouvoir. Si c’était une institution comme le gouvernement, j’aurais dit qu’il faut aller à un referendum ». Abdoulaye Makhtar Diop n’a pas manqué de faire savoir également que la suppression ou le maintien d’un poste de Premier ministre n’entre pas dans ce qu’on appelle le bloc de constitutionnalité qui renferme les fondamentaux dans une République. Quid du processus d’examen du projet de loi en question au niveau de l’hémicycle ?

Là, Abdoulaye Makhtar Diop renseignera que l’Assemblée nationale se prépare de manière très sereine pour la plénière. « Le président de la république a fait approuver ce projet de loi qui est arrivé sur le bureau du président de l’Assemblée. Le mardi prochain, la Commission des lois va se réunir et le samedi, ce sera la plénière. C’est une procédure d’urgence prévue par la Constitution. Et quand on parle d’urgence, cela veut dire que tous les autres points susceptibles d’être inscrits à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale sont suspendus ou reportés », a expliqué le 5ème vice-président de l’Assemblée nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *