Les Turcs ont saisi la formule de Wade: “chaque sénégalais a un prix”, disait “l’Opposant au Pouvoir”.

Une sorte d’espace de jeux pour enfants vite fait, même inachevé et au fond “insultant”, les Turcs peuvent garder leur chantier mystérieux sur la Corniche. Pendant que les enfants s’éclatent leurs parents viennent jouer avec leur avenir en se donnant à cœur joie dans les selfies, la drague, la frime le tout dans des airs de citadins “empruntés” au blanc. Finalement le rêve de tous ces parents qui frappent à la porte de la “visibilité” avec leurs familles innocentes c’est de ressembler au blanc, de vivre comme chez le blanc, peu importe si leur patrie ne sera plus la leur, ni celle de leurs enfants. L’ambition secrète du Nègre, celle qui fait qu’il a un prix comme disait Wade, c’est de “prendre la place du blanc” à défaut de se fondre dans sa peau, enfin ce qui leur paraît être le plus séduisant coté du blanc.

Quand je vois ce petit monde sur la Corniche qui se croit à Malibu ou Disneyland sur cette espèce de cours d’école à ciel ouvert, je suis déchiré entre le dédain et la pitié. Quelle triste spectacle!

Aboubakr Tandia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *