ALERTE A LA BOMBE A DAKAR : QUAND LES FORCES DE SÉCURITÉ SE TROMPENT D’APPROCHE

Les dakarois fréquentant le centre-ville ont été surpris de voir toute une zone quadrillée pour “raisons de sécurité”. Une valise suspecte était à l’origine de ce dispositif de sécurité plutôt impressionnant qui démontre que les forces de sécurité, au-delà, les autorités en charge de la sécurité intérieure se trompent d’approche. Si une alerte à la bombe fait forcément penser à un possible attentat terroriste (Dakar faisant partie des villes sur la liste rouge des organisations djihadistes), il faut souligner que le mode opératoire de ces organisations ne se résume pas à une valise, voiture ou tout autre instrument servant à transporter une bombe. C’est plutôt sur le capital humain qu’elles misent : commando armé ou attentat suicide.

Le premier mode opératoire est le plus courant en Afrique de l’Ouest (Burkina, Mali, Grand-Bassam, Nigéria). Pour le second, il n’est possible que dans des lieux fréquentés (concerts, lieux de culte, hôtels, marchés, etc.). La particularité de ce mode opératoire est qu’il est plus difficile à anticiper, donc à éviter.
Résultat, cette prétendue valise piégée ne contenait que du papier et des habits.
La surveillance terroriste dans une capitale, de plus en plus exposée, devrait être orientée vers ces lieux. L’objectif de tout projet d’attentat terroriste étant de faire le maximum de victimes, il ne faudrait pas que notre penchant, bien sénégalais, pour le spectacle et le sensationnel prenne le dessus sur une véritable stratégie de surveillance et de prévention.

Pape Ousmane Thiaw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications