La victime de l’atrocité au Zimbabwe exhumée

Les restes d’un villageois de 21 ans qui a été tué lors de ce que l’on a appelé les atrocités de Gukurahundi au Zimbabwe ont été exhumés, à la suite de l’initiative de paix et de réconciliation lancée par le président Emmerson Mnangagwa, selon le journal gouvernemental Herald.

Thembi Ngwenya a été abattu en 1983 et enterré près d’une ligne de chemin de fer dans la province du Matabeleland-Nord, lors d’une répression brutale contre l’opposition à peine quelques années après l’indépendance, en 1980.

Ses restes ont finalement été exhumés dimanche par une organisation non gouvernementale, le Ukuthula Trust, en présence de membres de la Commission nationale pour la paix et la réconciliation, un organe statutaire.

«Nous avons été invités par Ukuthula Trust à assister à l’exhumation… [Les] restes d’une personne ont été exhumés et ils sont prêts pour la réinhumation», a déclaré le président de la commission, Sello Nare, au Herald.

«Le président Mnangagwa a déclaré que les gens devraient parler librement de Gukurahundi. Cela nous aidera à progresser en tant que nation », a-t-il ajouté.

M. Mnangagwa était le maître-espion zimbabwéen au moment des atrocités commises par le Gukurahundi, lorsque la 5e brigade de l’armée, formée par la Corée du Nord, a tué des milliers de civils alors qu’elle faisait face à une insurrection présumée dans le sud du pays.

M. Mnangagwa a pris le pouvoir au Zimbabwe après la démission forcée de Robert Mugabe, dirigeant de longue date, en 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *