Faut-il, de nouveau, envoyer La pucelle d’Orléans au bûcher suite à un mauvais procès ?

La polémique du jour m’a permis de faire un petit tour assez intéressant sur l’histoire de L’institut Jean d’arc de Dakar, une recherche qui a mené à la congrégation des soeurs de saint Joseph de Cluny à qui appartient l’école, et puis j’ai finalement glissé sur une documentation sur Anne Marie Javouhey fondatrice de cette congrégation présente au Sénégal depuis fort longtemps. Heureux d’apprendre sur ce nom que vois tous les jours passant devant l’établissement éponyme.

Pour en venir à la polémique qui en tant que telle m’intéresse moins, le débat sur le port du voile à l’école qui a fait sa vie en France, n’est pas pertinent ici chez nous, on porte excessivement des signes religieux ostentatoires partout, en tout lieu. Au bureau, dans les transports, dans l’espace public, vraiment partout. Ça ne choque ni ne dérange pas grand monde. C’est vraiment pas un problème pour nous sénégalais. Que ça soit un chapelet musulman ou avec une croix.
Alors, pourquoi ISJA qui a toléré pendant longtemps le voile dans son établissement l’interdit si soudainement ? Serait- ce une conséquence ou un écho à ce qui se passe sur cette question en France ? -Normal, l’institut se dit bi-culturel franco-sénégalais. Cette polémique doit elle se déverser sur notre société, notre vivre en ensemble ? -On serait naïf, malléable et moutonnier comme pas possible.

Sinon, s’il y’a contestation des parents d’élèves (clients) sur ce que peut permettre ou interdire une école privée à ses élèves selon son règlement intérieur ce ne serait qu’une question de droit. Si légalement l’école privée est libre d’imposer la tenue vestimentaire et la posture, alors circulez, allez chercher à polémiquer ailleurs.

Pour finir, les familles musulmanes qui choisissent délibérément une “école privée catholique” pour y inscrire leurs enfants et en même temps souhaitent qu’ils y pratiquent librement la religion musulmane, sont, à mon sens, difficilement défendables.

Pleurons l’école publique républicaine qui meurt de sa belle mort. Voilà le problème.

Khadir Niang

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *