Radio Sénégal et l’épopée wolof, hommage à feu Chérif Ely Manel FALL.

Je me bat comme je peux pour que l’épopée des royaumes sénégambiens en langue pulaar, wolof, sérère, et mandingue ait sa juste reconnaissance en tant que patrimoine immatériel de l’humanité. Malgré l’amour et la passion, mes connaissances de vaste argument sont très modestes, et limités à l’épopée wolof.
Il est certes que aujourd’hui ce patrimoine immatériel vit un moment de profonde crise. Non seulement il y de moins en moins de passionnés de cet argument par rapport au passé, mais il est de plus en plus difficile de trouver des “gardiens du temple”, réels conservateurs de ce patrimoine.
L’épopée n’est pas seulement une connaissance théorique: il faut savoir la transmettre, il faut savoir la récréer. Les traditionalistes capable de “faire” de l’épopée sont très très rares.
En parallèle à la crise de la transmission du savoir traditionnelle, certains accusent dans la société sénégalaise contemporaine une crise des grandes valeurs comme le Jom, le Fit, le Ngor (1) (Je parle ici par ouï-dire, car je n’ai jamais été au Sénégal et je connais très peu de choses sur le Sénégal contemporain).
Vers la fin du XXeme siècle et le début du XXIeme, des grandes figures de l’historiographie sénégalaise ont conservé sous forme écrite une partie de l’épopée: par exemple nous pouvons citer Yoro Diaw, Ahmadou Wade, Tanor Lat Soukabe Fall, et plus tard Assane Marokhaya Samb, Vincent Monteil. Certains académiciens on étudié l’épopée avec une approche d’analyse littéraire et philosophique. Je pense aux travaux de Bassirou Dieng, Lilian Kasteloot et Mamoussé Diagne. Certainement dans un patrimoine qui est orale, l’écriture dévoile ses limites. L’épopée ne se résout pas à une simple série des notions historiques: il y a une certaine façon particulier de produire le discours, de conter, de transmettre. Les chants et musique qui accompagnent la narration sont aussi des élément constitutifs ce patrimoine.

En 1959, l’enseignant et intellectuel Alassane NDIAYE dit “Allou” créa un formidable programme radiophonique transmis les mercredi soirs sur la chaine Radio Sénégal: l’émission “Regards sur le Sénégal d’Autrefois”, qui aidera à faire mieux connaitre au grand publique l’histoire des royaumes sénégambiens, sans l’intercessions d’une réécriture coloniale. “Allou” introduira un “collègue” enseignant au rôle d’animateur à Radio Sénégal: le Professeur Chérif FALL, fils du “Baay Mbayaar” Ely Manel FALL, qui poursuivra avec beaucoup de passion et dévouement la mission commence son ami. L’émission va accueillir les plus grands historiens traditionalistes sénégalais et griots du XXIeme siècle, dont les grands parents avaient connu directement les grands héros des derniers épisodes de l’épopée wolof, assistant à la fin de ces royaumes. Parmi ceux-ci nous pouvons citer par exemple Assane Marokhaya Samb, Kani Samb, Demba Lamine Diouf, Aly Bata Mboup, Ahamdou Thiam Khar, Mansour Mbaye, Mor Dior Seck Ablaye Nar Samb, Ahamdou Ndiaye Samb, Samba Seck, et encore Samba Diabare Samb.

Le travail réalisé avec une émission comme “Regards sur le Sénégal d’autrefois” est une importance énorme, aujourd’hui plus qu’hier, car il nous permet d’avoir une meilleure compréhension de ce que est l’épopée wolof, et d’avoir une bonne base de matériel pour des futures recherches historiques, musicales, et littéraires.
Cette importance étaient certainement reconnue par le publique hier, plus qu’aujourd’hui. Très peu partis ceux qui appartiennent aux jeunes générations connaissent cette émission, qui pourtant durant les années ’60 était la plus suivi de la radio sénégalaise (2).
Grace au site web “you tube” j’ai pu écouter une très petite partie de ce gendre d’ émissions (3 en tout, entre “Régards sur le Sénégal d’autrefois”, “Senegaal Demb” de la O.R.T.S. et “Coosani Senegambia” de Radio Gambia), d’où j’ai quand même appris beaucoup.
Ça serait intéressant que, ceux qui possèdent des enregistrement (je suis sur que même parmi ceux qui me lisent, il y en a plus d’un qui en possède) les mettent sous forme numérique et les partagent avec le publique intéressé.
Ça serait de grande utilité pour la recherche historique et littéraire, pour une souhaité renaissance de l’intérêt pour l’épopée wolof, pour aider à la conservation du patrimoine immatériel sénégambiens, où tout simplement pour aider à faire mieux connaitre l’histoire et les traditions sénégalaises, qui sont belles, intéressantes, et édifiantes par leur richesse de valeurs morales transmises. La connaissance des traditions peut être utile à mieux vivre le présent. Comme l’a si bien dit Birago DIOP : “ L’arbre ne s’élève qu’en énfonçant ses racines dans la Terre nourricière”.

Lorenzo

Notes:

(1) Voir, par exemple, Fall, I. (2010) Crise de la socialisation au Sénégal, Harmattan, Dakar.
(2) p. 13 Serrau, J. (1966) Le Développement à la base Dahomey et au Senegal LJDG, Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *