Hallali: Le temps du pardon…armé !

Avant de me plonger dans la période de pénitence qu’est le ramadan, je me surprends à avoir quelques penchants…humanitaires. Surtout qu’il est généralement admis de ne pas tirer sur une ambulance. Au moment où tout s’écroule autour d’eux, que leur nullité proverbiale n’a plus de limites face aux défis proteiformes d’un pays financièrement à sec, dans l’insécurité physique et le flou quant à son présent, il est peut-être galant de tendre une branche d’olive, sous la forme d’un seau d’eau pour altérer la soif qui décime les illégitimes fraudeurs.
“En position de force, il faut savoir pardonner”, chantait naguère de sa voix de Rossignol le défunt NDONGO Lo.
Longtemps, j’ai préféré la Maxime adverse, déclinée dans les soirées dédiées aux jeunes garçons circoncis et résumée par les américains qui disent: ne jamais se fâcher mais se venger!
Puisque le ramadan est un moment de pardon et de dépassement, de grandeur autant que d’humilité face aux recommendations du Dieu auquel je crois, je me fais donc le devoir d’offrir mon pardon à toutes et à tous. En sollicitant, en retour, le votre.
Toute œuvre humaine étant imparfaite, ce n’est pas impossible que j’ai fait mal, très mal, parfois fauté, mais jamais dans un souci d’être méchant ou de diminuer la sacralité de cet être que tous les Dieux, de toutes les religions, chérissent le plus: l’être humain.
Le pardon que je sollicite est d’autant plus facile à accepter qu’il est précédé de celui que, sans conditions, j’octroie à toutes et à tous sans discrimination.
En ayant vu, ces dernières années, et ces derniers mois, tant de personnes que je connaissais, se sentant immortelles, se retrouver sous terre dans l’oubli général, je mesure la vanité des prétentions terrestres.
C’est dire que l’ascèse, toute d’humilité, que je fais n’est pas un acte banal.
Le lourd contexte, l’incompétence notoire des voleurs ayant capturé l’Etat et les dangers qui pèsent sur notre pays me commandent ce moment de clémence. Il est question de sauver le Senegal: la vérité n’en finit de déshabiller de sa lumière crue les aventuriers, detourneurs de notre rêve démocratique, qui découvrent o combien ils sont hors de leurs pompes, usurpateurs rattrapés par leur crasse médiocrité.
Pardonner certes. Avec un puissant bémol: Sans cependant abdiquer une once des convictions et des valeurs qui portent le combat qui est le mien.

Bonne fête de ramadan !
Ps:
-La plainte contre la CDC et l’utilisation par Aliou Sall de nos milliards est maintenue. Vous y êtes conviés!
-Dans la querelle sur le foulard à l’école, minable copie d’un débat éculé et vidé en France, je blâme ceux qui demandent aux musulmans senegalais de bouder l’institution Ste-Jeanne D’arc: c’est du populisme pour exister, avoir du…buzz! Les responsables de l’école ont fauté compte tenu de la sensibilité de la religion en ces heures tendues, ils devaient ménager les sentiments fondamentalistes qui montent dans le pays au lieu de les affronter. Quant aux parents d’élèves musulmans, c’est à eux aussi de se demander ce qu’ils font ou exigent de l’état pour qu’il y ait des écoles dignes de leurs progénitures -l’excellence recherchée dans les écoles catholiques ! Enfin, l’Etat et son coup de menton se doit d’être moins guider par les émotions: le ministre illégitime de l’éducation avait-il besoin de sortir d’un oukase contre les responsables de l’école? Que n’eut-il pas pris son bâton de médiation pour calmer le jeu et trouver une solution conforme à la République et à la tradition de convivialité inter-confessionnelle? Bof, le minus Talla a préféré mettre ses gros sabots pour vivre son moment de célébrité risible. Minable, avez-vous dit ?
-Après le Ramadan, il nous faudra parler sérieusement du matérialisme, l’argent, du cynisme, qui ronge les relations au sein de notre société, notamment des couples, de la belle famille. Toute reconstruction du Sénégal passe par cet effort. Ça suffit l’arnaque! Je préfère m’éloigner des arnaqueuses. Plus personne, ni femme, ni famille, ni belle-famille ne me tiendra à la gorge pour assouvir cette cupidité qui est hélas leur marque dominante. La raison de l’abandon chez tant d’hommes et de femmes de la poursuite de valeurs plus nobles pour sombrer dans la quête de clinquant.
Tolérer ce culte de l’argent, surtout chez les femmes, et celui, causal, de la frime, voire de la légèreté des hommes, voilà le noeud gordien de la crise de confiance prévalente au Sénégal.

Bon c’est jour de pardon, profitons en: rare éclaircie sur un ciel nuageux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *