Lettre à Guy Marius Sagna.

Les martyrs, cher ami, doivent choisir d’êtres oubliés, raillés ou utilisés. Quant à être compris, jamais. Albert Camus.

Camarade,
Permette que je te tutoie, nous ne nous connaissons pas, du moins je subodore que tu n’as jamais entendu parler de moi. Mais moi, je te suis et il m’arrive de tomber sur des publications écrites et visuelles te concernant. Et, je confesse mon respect et mon admiration pour le sens élevé du sacrifice et du don de ton être que tu consens face à l’appel de l’honneur.
Tu n’es ni héro, ni surhomme, faut se garder de tomber dans la cosmétique qui saupoudre et mette à rude épreuve la compréhension globale de la lutte que tu, oh que dis-je, nous menons contre l’impérialisme et ses zouaves tropicalisés. Quand les figures de proues de la jeunesse soit disante combattante ont cédé aux sirènes de la starmania â laquelle elles ont reduit l’engagement patriotique et militant, faisant d’eux des postulants au banquet de la république. Toi, tu as décidé de rester debout, mieux ta posture frise le pied de nez devant le malthusianisme débridé que voudraient nous imposer les mandarins du mondialisme sauvage, marqué du sceau ” le tout répressif”.
Comme Emmanuel Todd, je pense que :”
Ce n’est pas la mondialisation qui dissout les nations, mais l’autodissolution des nations qui produit la mondialisation.” C’est de ce postulat que tient ce renoncement dans l’air, dont les effluves irriguent chez nous, peuples aliénés et complexés, la sublimation du matériel et le culte du corps.
Plus aucune cause ne mérite que l’on s’explose à la furie des milices d’État, anciennement service de sûreté urbaine et gardien de la paix. Oui la police de tous les pays inféodés au grand Capital s’est commuée en gardes chiourmes qui mate les irrédentismes populaires face aux abus de L’Etat bourgeois.
Mais toi, camarade, tu fais figure d’un Antigone face aux interdits de Créon. Quand le Dieu matériel a achevé de cornaquer les simplets, d’hypnotiser et de tétaniser les masses, par la promesse spécieuse de la survie plutôt que la vie.
Toi, camarade, tu endosses le rôle du gavroche d’où se mirent les couards et lâches du système, peuple et élite confondus, pour rappeler à leur mauvaise conscience la résonance de ces propos d’Albert Einstein : ” Un système de valeurs morales construit sur la base du confort du bonheur individuel est tout juste suffisant pour un troupeau de bétail.” J’y ajouterai la bourgeoisie compradore tropicalisé comme tête de troupeau, avec cornes effilées et beuglement assourdissant. Mais prenant pour berger le loup impérialiste.
Camarade, tu auras vécu martyrs, certainement raillé et, compte tenu de l’état d’esprit ambiant, voué à l’oubli, selon la maxime de Camus. Une chose demeure tu marches droit la tête redressée, c’est une chose bien simple, caractéristique de l’anatomie humaine, que bien peu de ta génération ne peuvent s’offrir.
Pardon pour mon exile et merci pour ta disponibilité pour le combat. Ce me semble être la moindre des gratitudes que je te doive.
Salut camarade.

Aguibou Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications