LA LEÇON DE CHEIKH BETHIO !

Cheikh Bethio est parti pour de bon ! Un incompris est passé dans l’autre vie, celle qui est authentique et eternelle. Mais son vécu, sa demarche, ses postures, son amour franc , son humilité, sont une leçon pour le reste du monde. A propos de Serigne Bethio, tu ne peux que retenir deux choses : son amour sincere et inconditionnel envers son maitre et guide Serigne Saliou Mbacke et la façon dont il lui exprimait sa gratitude (sant). Il etait solide, sincere, admirable dans l’amour qu’il portait à Serigne Saliou Mbacke. On dirait que parfois meme , cet amour le conduisait à l’ivresse.

En 1991, nous etions de petits gamins, sous l’initiative d’un vaillant soldat de Serigne Touba Abdou Keinde , nous sommes partis voir Serigne Bethio a golf pour qu’il nous ramene chez Serigne Saliou Mbacke afin qu’il donne un nom à notre dahira. Un dahira de gamins ! Une fois qu’il a entendu notre doléance , il nous dit : je m’en charge. Effectivement, il a pris en charge le voyage. Il avait mis un camion “Sias” à notre disposition. Nous etions dans le camion à chanter ” hamdi wa soukri”. Arrivé, Serigne Saliou nous accueillit et nous baptisa ” Tazawoudou Sikhaar” ( Viatique des jeunes). Alors, notre longue histoire debuta avec ces deux hommes. La majorite de cette génération finira par être des ndongo tarbiyyah de Serigne Saliou quand l’appel de 1992 avait retenti. Serigne Saliou Mbacke aimait nous voir. Une fois, un audacieux lui avait demandé ceci : maam, nous aimerions avoir une photo en groupe avec toi ? Il repond : appelez le photographe. Ceuy ces photos, si le monde les voyait aujourd’hui, il saurait que Serigne Saliou Mbacke est admirable. Que de souvenirs avec cet être formidable !

Et si je reviens à Cheikh Bethio, alors si tu medites sur ses postures , tu verras un homme sincere dans l’amour qu’il portait à Serigne Saliou Mbacke. J’ai en memoire ceci : il avait arraché ses enfants de l’ecole française pour les ramener dans les daara de Serigne Saliou. Je les avais croisés à Ndiouroul pendant mes vacances.J’y partais pour rester avec mes amis. C’est à Ndiouroul que J’ai vu certains de ses enfants qui portaient tous le prénom Saliou( Saal suisse, Saal midaadi, Saal ndiouroul). Autre signe de l’amour qu’il portait à son maitre et guide Serigne Saliou. En 1992, non seulement , il avait ramene ses enfants dans les daara de Serigne Saliou, mais il avait incite ses disciples à ramener leurs enfants dans les daara de Serigne Saliou pour repondre à l’appel de ce dernier.

Ainsi, je peux continuer à détailler les anecdotes de cet amour qu’il exprimait à toutes les occasions. Entre fin 1990 et 1992, nous etions ses amis. Nous etions des gamins, mais malgre notre tres jeune âge, il avait un profond respect pour nous. Un jour, nous etions partis le voir. Ainsi, il nous dit : sama gaayi tay ahbaptou bounekh la beug ( j’aimerai que vous chantiez ahbaptou avec toute la finesse). Ce jour, il nous avait remis 75 000 frs cfa. A la sortie, on a failli se battre sur la façon de faire la distrubution. Ceuy khale mag neu ! Yalla nako Sounou Boroom soti yeurmandem te bole ak sangam ba !

Mouhammadou Moustapha Diop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *