Cinéma : à Cannes, Mati Diop portera l’esprit Mambety

En montant les marches du Palais des festivals avant la première projection, ce jeudi 16 mai à 16h, de son film ‘’Atlantique’’, à la 72è édition du Festival international de Cannes, Mati Diop aura peut-être dans un coin de la tête les images de son oncle Djibril Diop Mambety effectuant il y a 27 ans (mai 1992) le même exercice pour aller présenter ‘’Hyènes’’, film devenu depuis un classique du cinéma.

Oui, on pensera à Mambety, l’enfant de Colobane. Parce que Mati Diop, bien que traçant son sillon propre, assume l’héritage familial – elle n’a pas besoin de le proclamer ou de le revendiquer, il est en elle – qu’elle prolonge à sa manière, avec son style et sa patte de plasticienne qu’elle travaille à imprimer à sa démarche artistique.

Comme son oncle ou son père, le compositeur Wasis Diop, elle s’est forgée sa personnalité en se libérant d’abord du carcan scolaire. Après le bac à Paris – où elle est née et a grandi – Mati Diop en autodidacte dans le théâtre en y réalisant des bandes sonores et des vidéos de pièces montées par ses amis. Elle se prend au jeu et comme poussée par l’urgence, elle réalise dans la foulée son premier court-métrage, ‘’Last Night’’ (2004).

Les touches impressionnistes de la dizaine de courts-métrages à son actif – dont beaucoup ont été primés – Mati Diop les tient de sa sensibilité propre et aussi de sa fréquentation de la résidence d’artistes du Palais de Tokyo où est logé le Musée d’art moderne de la ville de Paris, de l’école Le Fresnoy, à Lille, lieu où elle s’est formée aux arts visuels et aux nouvelles technologies.

Dans son film ‘’Mille Soleils’’, qui sort en 2013, la jeune réalisatrice faisait déjà la connexion avec l’oncle. L’œuvre continue l’histoire de ‘’Touki Bouki’’, réalisé par Djibril Diop Mambety en 1972. Deux amants prennent la décision de quitter Dakar pour rejoindre Paris. Anta, la jeune femme, prend la mer, mais Mory, son amour, ne peut prendre le risque de quitter son pays. Mati Diop part sur les traces de Magaye Niang, l’interprète de Mory qui, dans la réalité, a préféré l’Afrique à l’Europe. Le fort accent expérimental du film de Mati Diop a à voir avec un souci de ne pas mettre son cinéma dans une case. Un côté plastique, un environnement coloré, des flous délibérés dans le scénario, une esthétique de création et d’expression d’un discours sur la société, la politique, l’économie, l’environnement…

Le film “Atlantique” (1h44mn) a été tourné en 2018 à Diamniadio, Yoff, et, pour une large part, Thiaroye d’où partent les candidats à l’émigration, son principal sujet. Coproduit par “Les Films du bal’’, une société française, “Cinékap’’, la maison de production sénégalaise dirigée par Oumar Sall avec un financement du Fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuelle du Sénégal (FOPICA), le soutien de la Côte d’Ivoire, de TV5, entre autres.

Mati Diop a voulu être à Cannes. Elle y est. En compétition. Elle a voulu y être sous la bannière du Sénégal, le pays de son père, où ses longs et fréquents séjours pendant son enfance ont aussi compté dans la formation qui lui vaut depuis près d’un mois sous les projecteurs du monde du cinéma.

En montant donc les marches à Cannes, jeudi après-midi avec Mati Diop et l’équipe qui va l’accompagner, Djibril Mambety sera là, quelque part, en observateur au sourire espiègle. Mais si pour cet illustre oncle, la sélection de ‘’Hyènes’’ en compétition relevait quelque part d’un aboutissement et d’une…revanche sur l’Histoire – c’est dans ce milieu où l’esthétique avant-gardiste de ‘’Touki-Bouki’’ avait fait l’objet des plus violentes critiques – pour la nièce, 36 ans, cela peut être lu comme un début, l’ouverture d’une nouvelle page.

Kibili Demba Cissokho
Dakar, le 15 mai 2019
#LeGrenier #Sénégal #Arts
#MambetyLegacy #MatiDiop
#Culture #Cinéma #Cannes2019
#Cannes #Mambety #Kebetu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *