Pour mesurer le niveau de décadence humaine, il suffit juste de lire les réseaux sociaux. Dés qu’un fait divers fait l’actualité, ça bavarde, ça pointe et ça cloue au pilori. Dés qu’une personne dérape, les “elites facebookiennes” réclament sa mise à mort et certaines d’entre elles passent à l’exécution. Cette semaine ci et la semaine derniére, deux personnes ont commis des bourdes meprisables et vite les “elitee facebookiennes” avec leurs “intellectuels-experts” sont montés au creneau pour appeler au lynchage.

Ainsi, Aja Astou et Ousmane sont devenus les cibles à achever, alors qu’il nous arrive d’en faire autant et tous les jours. Et ces “elites” s’en moquent et s’en tapent du respect de la vie de l’autre. L’unique ambition, c’est d’achever ! Voila le bien fonde de leurs postures. L’on n’aide pas l’être humain, mais on le pousse dans le trou. L’obsession d’achever reste presque notre seul objectif.

A lire certaines d’entre elles, on en deduit que la raison est en degererescence. L’on repete tel un perroquet sans mesurer le sens de nos commentaires ou de nos lives. Ca bavarde et ce qui n’est pas sans consequence ! Pour le dire plus nettement : les multiples bourdes de certains revelent la facticite de nos attitudes par le biais des reponses qu’on leur serve. L’on condamne dans une pensee radicale et mechante. Et la justice, la police , marchent ou fonctionnent maintenant au rythme des faits divers dans les réseaux sociaux. Meme nos chefs religieux ajustent et reagissent en fonction des faits divers et l’actualite dans facebook. Symptome de decadence ?

Voila ce qu’est la crise : nos institutions qu’elles soient religieuses ou politiques n’ont plus presque conscience de ce qu’elles sont. A force de marcher au rythme de l’actualite facebookienne, elles finiront par se perdre et perdre leur force d’attraction. Une institution ne devrait pas fonctionner au ryhtme de l’ “opinion publiee” qui truste les reseaux sociaux. Le monde des reseaux sociaux n’est qu’un simulacre d’empire detenu que par des narcissiques.

mouhammadou Moustapha Diop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *