Des solutions sénégalaises aux problèmes sénégalais!

Qu’il soit clair au départ, que, tout autant que je ne tire sur personne, je ne cherche à justifier quelque malversation que ce soit. Cela n’est pas mon souci. Je veux simplement attirer l’attention de mes compatriotes sur les périls que peut engendrer une certaine propension à se livrer à des appréciations émotionnelles de la situation de notre pays.

De nombreux faits et événements ont démontré que le seul baromètre qui détermine l’attitude des multinationales, tout autant que celle des nations impérialistes de l’Occident en particulier, à l’égard de nos pays, est le profit. Ils n’ont aucun scrupule à déstabiliser des régions du monde, si leurs intérêts, ou les profits qu’ils peuvent engranger, le commande. Les exemples pour étayer le bien-fondé de cette conviction sont très nombreux. Tout le monde sait que Khadafi de Lybie a été sacrifié sur l’autel des intérêts occidentaux, avec une implication prépondérante de la France de Sarkozy. La Guerre d’Irak n’a qu’un seul motif : mettre la main sur le pétrole de ce pays. Il se dit que l’État Islamique qui sévit dans le Moyen Orient est armé et soutenu par l’Occident. C’est également le cas de Boko Haram au Nigéria et chez ses voisins, qui serait équipé, armé et entrainé par des experts des «officines » des services secrets occidentaux. La France intervient bien au Mali pour combattre les Djihadiste, mais il est dit que la déstabilisation du Nord de ce pays, riche en hydrocarbures est l’œuvre de cette même France qui, en réalité, est derrière les groupes armés qui y sévissent. Dans le NET, circulent des images très éloquentes d’éléments français en train de piller allègrement les ressources aurifères de cette région du Mali.

Bref, ce que tout le monde sait, c’est que, partout où des ressources en hydrocarbures sont découvertes, la rapacité des multinationales et la prédation de l’Occident se donnent libre cours. Le Sénégal où de telles ressources ont été récemment découvertes, ne sera pas une exception. La preuve en est que, notre pays est devenu le centre d’intérêt de toutes les grandes puissances du monde qui rivalisent de marque d’amitié et d’offres de coopération pour séduire nos dirigeants. Mais l’objectif est clair : chacun de ces «amis» travaille en réalité à capter le plus gros morceau de ce qui, à leurs yeux, n’est en réalité, qu’une carcasse à se partager.

Ouvrons les yeux et soyons conscients du fait que, pour arriver à leurs fins, nos prétendus amis n’hésiteront pas à user de tout moyen susceptible de servir leurs intérêts. S’il le faut, ils déstabiliseront notre pays. Ils le mettront à feu et à sang sans état d’âme, si ça peut servir leurs intérêts.

Il nous appartiendra donc de ne pas tomber dans les pièges de tous ces prédateurs qui sont à l’affût, et qui entendent tire le maximum de profit de la manne pétrolière dont dispose notre pays. Ce sera de bonne guerre qu’ils tentent de nous dresser les uns contre les autres afin de créer l’instabilité politique qui sera la brèche leur permettant de «s’immiscer» dans nos affaires, sous le couvert de «missions de paix», du genre de ceux qui ont sévi en Côte d’Ivoire, et qui ont contribué à installer Ouattara au pouvoir.

Je ne dis pas que cette enquête de la BBC qui jette l’opprobre sur le Président et sur son frère Aliou Sall est à mettre dans la rubrique des tentatives de dresser les sénégalais les uns contre les autres et, ainsi, de semer les germes de l’instabilité qui ouvrira les portes de notre pays aux «prédateurs» à l’affût. Il est même plus que probables que les accusations distillées contre ces personnalités soient fondées, tant il est vrai que l’opacité qui a entouré les attributions des contrats pétroliers et la frilosité qui accueille toute tentative d’y voir clair de la part des citoyens, peuvent faire penser qu’il y a des choses pas nettes à cacher.

Mais, gardons présent à l’esprit que, partout où sévit la guerre civile, les factions en conflit se massacrent avec les mêmes équipements, les mêmes armements, fournis par les mêmes marchand d’armes. La sagesse nous commande donc, de régler nos contradictions par des voies qui nous sont propres, que nous avons conçus nous-mêmes et que nous mettrons en œuvre avec nos moyens propres. La sagesse nous commande de ne pas faire le jeu de forces obscures dont l’intérêt est justement de nous diviser, de nous dresser les uns contre les autres. Refusons d’être un «cheval de Troie» pour quelque intérêt étranger que ce soit.

En définitive, capitalisons sur les déboires et expériences de tous les pays victimes de la féroce voracité du «capital étranger» pour éviter d’être les complices de notre propre destruction.

Ce qu’il faut, c’est des solutions sénégalaises aux problèmes sénégalais!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *