Ce que le Mouridisme doit à Cheikh Abdou Ahad

Baye Lahad n’existait que pour concrétiser l’espoir déclaré de son vénéré Père au jour de sa naissance en 1914 à Diourbel. “Priez pour lui afin qu’Allah lui accorde longue vie car, en lui, je place un espoir immense’’ attesta alors Cheikh Ahmadou Bamba à son auguste public. Comme un lieutenant, le Mouridisme vient de découvrir un sage véridique, responsable et dévoué à la matinée du 06 août 1968 oú il est devenu le khalif général des mourides. L’histoire tourne une nouvelle page de ses annales. Une page marquée par l’ère d’un bâtisseur. Un batisseur moral et infrastructurel.
Touba passe vivement de la notion de village en cité comme toujours l’évoquait son apôtre dans Matlabou Fawzeyni. De la mosquée qu’il élargira ainsi qu’à la résidence à la corniche et aux forages sans oublier la bibliothèque Cheikh Abdou Ahad y dépensait des millards. Il veille à la conduite à la conduite et au morale des adeptes mourides. Boissons enivrantes, habits indescents, jeux hasards, tabac… tous furent extirpés sous sa conduite de la ville sainte de Touba dont la vocation de son fondateur était strictement spirituelle. En lui, l’islam retient à l’image des khalifs antérieurs tels que Omar (rta) ou Alioune (rta), un khalif véridique, dur dans ses décisions et très responsables dans ses engagements. De ses discours dans sa voix explicite, jaillissaient des leçons de vie extraordinnaires. Face à tout, il défendait toujours l’intérêt commun de la nation. Sans complexe, il initia sa tenue qu’il portait qui répondra à jamais son nom le fameux “Baye Lahad” pour enrichir aujourd’hui l’identité culturel mouride.
Qu’allah ne cesse de lui accorder sa grâce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *