Senegal: La malédiction socio-politique…

En ces temps de remous telluriques sur nos ressources naturelles, et surtout nos réserves prouvées d’hydrocarbures, penser que le Sénégal souffrirait d’une malédiction n’émanant pas d’eux relève, a priori, d’une audacieuse appréciation de la marche de notre pays. Or, c’est bien en termes socio-politiques que le mal sénégalais apparaît plus profond et trouve ses vraies sources.

On a assez dit que Frank Timis s’est joué de ceux, President de la République (devenu illégitime), en tête, qui ont négocié les conditions de notre entrée dans l’ère pétrogazière. La preuve la plus foudroyante en a été fournie, hier, par le truculent Pierre Atepa Goudiaby, excipant de formules risibles, comme l’intérêt national, la nécessité de forer (à la Sarah Pahlin -drill, baby, drill), ou le fait que, selon son coup de massue, l’Australo-Roumain, mérite de se faire sur notre dos ses 10 milliards de dollars (5800 milliards cfa) parce qu’il a traité avec des “amateurs”.
Ce qui fait le plus mal, c’est que le plus grave crime économique contre nos intérêts, notre souveraineté et notre peuple/pays soit en train de devenir le prétexte à des défilés de mode, des frimes, du blanchiment de réputation, des jeux de mots, du verbiage, des revendications en paternité de l’introduction de l’escroc international, apatride, dans nos ressources les plus précieuses, divines, mais, en pire, de la légèreté causale qui la induite.
Tel est le Sénégal en ce début de 21eme siècle où la compétition inter-États et entre individus exige une vigilance et une mise à jour de tous les instants mais qui voit notre pays se laisser mener à l’abattoir entre les mains d’aussi irresponsables, inconscients qu’incapables acteurs socio-politiques.
Où l’on découvre que le mal se niche véritablement en amont dans le fonctionnement socio-politique du pays.
Si, en effet, un Frank Timis a pu oser nous faire ce tour sans ciller c’est qu’il savait pouvoir compter en notre sein sur des forces antipatriotiques prêtes à tout, même vendre leur mère, rien que pour s’afficher à ses côtés ou, éventuellement, ramasser quelques miettes de son pactole pillé de nos biens souverains.
Quel peuple fat ! Superficiel ! Ignorant ! Écervelé !
C’est ce culte de la médiocrité profondément enraciné qui nous fait aborder sans rigueur ni sérieux, ni savoir aussi, des sujets aussi graves que ceux relatifs à nos hydrocarbures, quitte à les perdre…
Or, l’histoire est riche d’enseignements des meilleures pratiques dans leur gestion, de la Péninsule arabique au Golfe du Mexique, de l’Indonesie à l’Algerie, de la Norvège au Kazakhstan, d’un peu partout, où nous aurions du apprendre à éviter les acteurs individuels et institutionnels toxiques, afin de bénéficier des mannes surgies de nos entrailles maritimes et terrestres.
C’est le contraire qui s’est produit. Nous sommes ainsi la risée du monde. Nos hydrocarbures sont vendangés avant même leur sortie de leurs pièges. Vingt ans de vécu dans cette industrie, de fréquentations des meilleures intelligences mondiales en la matière, d’apprentissage des énergies, classiques et renouvelables, et d’information sur les micmacs et réorientations la concernant, m’amènent à la conclusion qu’au milieu des bavardages bruyants notre pays s’est tiré une balle dans la tête. Il a perdu, avant la lettre, le combat de la bénédiction des ressources naturelles. Telle une légère…pute, il s’est laissé avoir pour des vétilles. Indignité et manque de classe quand tu nous tiens…
S’il en est ainsi, c’est qu’il y a une cause plus profonde: le Sénégal est frappé en son cœur par une malédiction plus létale.
C’est, osons-le dire, dans sa pratique dévoyée de la démocratie, dans sa promotion des pires individus en son milieu, au nom de la…meritocratie électorale, perversion démocratique s’il en est, dans l’effritement de ses normes sociétales, que nous avons, collectivement, perdu pied. La démocratie a été la pire révélatrice des criminels qui somnolaient dans notre société, gourmandes d’en profiter pour détourner nos idéaux et s’enrichir cyniquement aux flancs d’un État transformé en vache laitière à leurs profits…
Les maux sont divers et variés qui hypothèquent le destin et frappent de caducité tout espoir authentique de réalisation de cette émergence tant proclamée mais impossible !
Il n’est pas nécessaire de ressasser, du reste, ces faiblesses ayant fini de casser le substrat sur lequel devait reposer le pays pour maintenir, consolider, sa pérennité. Ce qui devait être sa force, son levier, s’est mué hélas en obstacles multiples tant les espoirs nés de la démocratisation ont débouché sur l’avènement des pires caractères humains aux stations de commandes et de leadership pendant que les repères n’ont cessé de se brouiller.
Démocratie et fausses valeurs sociétales, voyeurisme et clinquant, superficialités, égoïsmes et cupidité, ont été, entre autres, les coups de massue destructeurs ayant amplifié l’impotence nationale.
Le mal est profond. Et il est voué à l’être encore plus à la lumière des dégâts causés depuis nos indépendances par une cascade d’ennemis de la nation à sa tête, en particulier ces 20 dernières années. Macky SALL est venu donner l’estocade finale par sa nullité et sa vénalité…
Le peuple, lui-même, condescendant et complaisant, n’est pas en reste. Il se laisse faire. Un billet de 5000 francs cfa suffit à acheter un électeur; quelques millions dévalués pour faire oublier Dieu par tous, y compris les guides religieux.
Dans une société traversée par le mal du monde, la solitude, pesante et décapacitante, les solidarités, familiales et amicales, s’envolent tandis que, perdus, tous tentent de s’accrocher à quelque mince filet d’espoir, fut-il le plus passager…
Attachez-vos ceintures: alors que des criminels, associés au leadership illégitime de la nation, l’éviscèrent, en capturant ses ressources naturelles, en intoxiquant ses acteurs clés, par une corruption dégradante, le pays entier va centrer son espoir sur les déboulés de nos footballeurs à la coupe d’Afrique des nations. Son démarrage, cet après midi, est l’autre nom de la prolongation de notre malédiction. Depuis Cesar, on le sait, donner du pain et des jeux suffit à dériver l’attention des peuples faibles, comme le notre. Nous ne sommes pas sortis du Macklheur !

*Adama Gaye, diplômé en pétrole et gaz est aussi un produit du Foreign Service Programme de l’université d’Oxford qui fête son cinquantenaire la semaine prochaine dans la ville en toges !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *