ALY NGOUILLE NDIAYE, FACE A UN TOTAL DESACCORD !

Le ministre de l’Intérieur a rencontré hier, lundi 1er juillet, des acteurs politiques ainsi que des entités regroupant des personnes indépendantes pour recueillir leur avis sur le montant à verser à la Caisse des dépôts et consignations, en guise de caution aux Locales. Cette rencontre tenue dans un hôtel de la place a été marquée par une divergence totale entre les acteurs politiques

En perspective des élections locales prévues pour le 1er Décembre prochain, le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye a rencontré hier, lundi 1er juillet, des responsables de partis politiques, des coalitions de partis politiques, ainsi que des entités regroupant des personnes indépendantes pour recueillir leur avis sur le montant à verser à la Caisse des dépôts et consignations, en guise de caution aux Locales.

Tenue dans un hôtel de la place, cette rencontre a été fortement marquée par une divergence entre les acteurs politiques. En effet, alors que dans son propos d’ouverture, le ministre de l’Intérieur, saluant «l’esprit de cohésion » et remerciant tous les acteurs pour « leur attachement au dialogue et aux concertations politiques» avait invité à des «discussions ouvertes pour une recherche de consensus sur le montant à déposer pour les prochaines élections locales», il n’a pas été suivi à la lettre. Pour cause, les 34 personnes qui ont pris la parole lors de ce conclave se sont très vite dressées en trois camps opposés.

D’un côté, les partisans du dialogue politique qui demandent que cette question soit résolue dans le cadre de ce dialogue sous l’égide de la commission cellulaire dirigée par le général à la retraite Mamadou Niang. Ensuite, le camp des acteurs qui se réclament indépendants et qui s’opposent à cette idée mais qui demandent entre autres, une somme symbolique ne dépassant pas 300 000 F Cfa pour l’élection communale et 1 million pour la départementale ainsi que une non-application du parrainage. Le dernier camp a comme principal animateur le Parti démocratique sénégalais (Pds) qui exige non seulement la tenue à date échue des élections mais aussi l’application telle que définie dans le code électoral du système de parrainage. Président de l’Union nationale patriotique (Unp) et coordonnateur du Front de résistance nationale (Frn), Moctar Sourang a été le premier à prendre la parole pour demander l’ajournement du débat sur cette question du montant de la caution. Et pour justifier sa demande, le leader de l’Unp et coordonnateur du Frn évoquera le consensus et l’inscription à l’ordre du jour de la commission cellulaire sur le dialogue politique qui regroupe tous les acteurs.

A sa suite, plusieurs autres personnalités dont entre autres, Déthié Faye du pôle de non-alignés, Ibra Diouf « Niakhobaye», plénipotentiaire de la coalition Madické 2019 pour ne citer que ceux-là, ont pris la parole pour appuyer cette demande. Le professeur Amsatou Sow Sidibé est, quant à elle, allée plus loin en fustigeant la tenue de cette rencontre pour se pencher sur cette question déjà inscrite à l’ordre du jour du dialogue politique qui va aborder également, selon elle, d’autres questions touchant directement les prochaines locales dont le parrainage. «Il faut d’abord régler le problème des parrainages avant de demander la caution aux candidats ou listes retenus. Cette rencontre traduit un manque d’organisation et de méthode de la part du ministère de l’Intérieur. Toutes ces questions devraient être traitées dans le cadre de ce qu’on appelle dialogue politique. Mais, un bon jour, on nous demande de venir dans un hôtel pour fixer cette caution», a-t-elle déploré avant de marteler : «Si l’on tient compte du parrainage, il n’est pas du tout normal de demander une caution à un parti qui n’est pas encore sûr de sa participation à ces échéances électorales».

Pour sa part, le président de la Commission du dialogue des territoires, Benoît Sambou tout en appuyant cette position, s’est également dit favorable à la mise en place de garde-fous pour maintenir l’ordre et consolider notre système démocratique. Pour cela, il a plaidé pour une élection avec un système de «rationalisation des candidatures» pour dit-il «éviter ce que nous avons vécu en 2014 avec l’inflation de listes de candidatures». Loin de faire l’unanimité dans la salle, cette proposition est fortement décriée par certains acteurs qui se réclament indépendants, du camp de l’opposition et celui du pouvoir.

Dans leurs interventions, ces derniers ont plaidé pour la fixation du montant de la caution sur la base des différentes propositions faites par les uns et les autres. Ainsi, les montants proposés vont de 300 000 F CFa par commune à 500 000 F Cfa par département pour les indépendants et 3 millions pour les coalitions qui voudraient faire un maillage national. Par ailleurs, ils ont également demandé la non-application de la loi sur le parrainage pour les prochaines locales.

De son côté, Maguette Sy, secrétaire national adjoint chargé des élections du Parti démocratique sénégalais (Pds) a indiqué que son parti exige non seulement le respect du calendrier républicain concernant ces élections locales mais aussi s’oppose à la poursuite des débats sur la caution des élections locales au dialogue national. «Au Pds, nous disons que le dialogue ne nous engage pas. Nous n’y prenons pas part. Tout ce qui se décide là-bas ne nous engage pas». Prenant la parole à la suite des différentes interventions, Aly Ngouille Ndiaye après avoir pris acte de l’absence de consensus sur cette question a tout de même tenu à saluer tous les acteurs, notamment les 34 qui ont pris la parole lors de cette rencontre en rassurant avoir pris bonne note des différentes propositions.

Poursuivant son propos, Aly Ngouile Ndiaye, rappelant que «cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la réglementation électorale qui demande au ministre de l’Intérieur de convoquer 150 jours avant la date du scrutin les représentants des partis politiques pour échanger sur le montant de la caution», a expliqué aux différents acteurs qu’il va prendre un arrêté fixant le montant de la caution à la date d’aujourd’hui sur la base des différentes propositions comme l’exige la loi électorale. «Je suis tenu de respecter la réglementation en convoquant la tenue de cette rencontre. Mais, cela n’exclut pas en cas de consensus que la décision du dialogue politique sur cette question soit appliquée», a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications