A propos de la polémique sur Tanor : éviter les amalgames.

A propos de la polémique sur Tanor : éviter les amalgames.

1. Je fais partie de ceux qui croient fermement qu’il faut prier pour lui et avoir une pensée solidaire envers tous ceux qui se sentent éplorés par sa perte. Je fais partie de ceux qui l’ont fait, sans avoir besoin ni de le glorifier ni de l’idéaliser. Je ne l’ai connu que de loin. Lui homme politique, moi journaliste. Je ne l’ai jamais connu de près et aucune relation particulière ne nous lie. Il n’empêche, il me semble juste de prier pour lui en tant que croyant. En tant qu’humain, nous pouvons tirer les leçons de sa vie et de sa mort et nous en arrêter là.

2. En tant que personnalité publique, sa trajectoire et les actions publiques qu’il a posées méritent d’êtres discutées, analysées, pour servir de leçon à la postérité. Elles le seront.

3. Ce travail de mémoire, tout utile qu’il soit, n’est pas à opposer à l’impératif d’humanité (d’humanisme) et de compassion que nous enseignent nos “valeurs”, que nous aimons tant réclamer.

4. Faire ce bilan (politique) de son passage sur terre, est un travail que les analystes politiques, les journalistes, les historiens, les scientifiques et n’importe qui, qui s’y intéresse, peuvent faire avec le recul nécessaire. Et ils le feront. Inéluctablement.

5. Vouloir empêcher ceux qui l’ont connu et aimé de faire un discours élogieux, à son endroit, c’est lui refuser ce que chacun de nous fait, qui pour son ami, qui pour son frère, qui pour son père, etc.; en de pareilles circonstances. C’est lui refuser son statut d’être humain.

P.S : ceux qui me suivent ici savent que je pardonne peu aux “politiciens”, mais je considère que la mort, n’est pas le meilleur moment de leur faire la leçon ou de leur demander de rendre compte. Faisons-le de leur vivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *