Un évènement suivi par la presque totalité de la planète, comme une finale de coupe d’Afrique des nations de football, met inévitablement à rude épreuve les nerfs. Ceux des joueurs certes, mais également ceux des supporters des deux finalistes.

La tension commence à monter en chaque joueur dès que le coach divulgue la liste du onze de départ. Les plus sûrs d’eux jubilent intérieurement de pouvoir s’illustrer aux yeux du monde. Les autres prennent conscience – plus que dans les matchs précédents – de la responsabilité de défendre les couleurs de son pays. Tous promettent de se transcender, sans pouvoir dire s’ils réussiront à surmonter le tract qui peut inhiber jusqu’aux plus talentueux.

Dans l’autocar qui conduit au stade, l’imminence de l’epreuve est dans tous les esprits. Les onze titularisés sont repliés dans leur bulle. Pour diminuer la pression et se changer les idées, la plupart revêtent des casques distillant de la musique, des chants religieux. La tablette aux jeux vidéos sert aussi de décompresseur.

L’ambiance du vestiaire est bon enfant. Faussement. Car chacun est bouillant, sous le poids de la poussée d’adrénaline au fur et à mesure que le moment crucial approche. Le coach en a conscience, et, cherche les mots les superlatifs, les formules des guerriers au combat pour exorciser les éventuelles peurs.

Dans l’attente sous le tunnel qui donne accès à la pelouse, les adversaires se jaugent du regard. Comme dans les guerres courtoises au moyen-âge l’importance de l’enjeu n’empêche pas de fraterniser – même furtivement – avec l’ancien coéquipier ou le partenaire dans un autre club professionnel.

L’émotion change de nature au moment où tout le stade debout écoute les hymnes nationaux. Dans la poitrine des athlètes alignés la fibre patriotique écarte toute appréhension ressentie auparavant. Il ne reste qu’à y aller. On court dans les sens, on jongle avec le ballon pour s’échauffer avant de prendre ses quartiers et d’affronter l’adversaire avec la ferme résolution d’avoir sur lui le dernier mot.

Dans leurs salons, au café du quartier ou à la fan zone les supporters sont comme sur des braises. A leurs broncas on peut suivre les temps forts de la partie qui se joue à des milliers de coudées, près des rives du Nil, sans regarder le petit écran et sans écouter la radio.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *