Comme les rares sénégalais qui ne savent pas faire de la comédie Wolof, j’attends la démission de Aliou Cissé et de son staff, ou bien la prise de ses responsabilités par le Gouvernement. Le pire résultat de cette équipe c’est son niveau de jeu médiocre et sa faiblesse mentale criarde. Et le tout dans une récurrence incompréhensible. Garder la balle pendant 90 ne veut pas dire dominer un match: si les algériens nous ont abandonné la balle dès qu’ils ont marqué c’est qu’ils savaient que nos attaquants n’en seraient pas plus dangereux que d’habitude. Ce que les lutteurs appellent “Nax Daan”, c’est ce que Belmadi a fait avec Aliou et ses hommes, deux fois de suite dans un même tournoi, s’il vous plait. Rien que la liste de ses 23 et les attaquants montrent que le Sénégal n’a pas un coach compétent et expérimenté. C’est à se demander si Aliou avait vraiment au moins un plan A et un plan B depuis le premier match. La manière dont le but a été encaissé montre que l’état d’esprit des onze sur le terrain était défaillant: en finale on ne peut pas prendre un but aussi bête et dans les toutes premières minutes si on s’est dit dès le coup de sifflet : “C’est parti! Pas question de laisser le ballon et les espaces à l’adversaire pendant le premier quart d’heure, le temps de rentrer dans le sujet.”

Regarder les choses telles qu’elles sont, en avalant notre déception, ce n’est pas ignorer le mérite de chaque membre de cette équipe: chaque seconde respiré mérite d’être loué! Mais c’est se rappeler que le mérite du Sénégal importe par dessus tout, d’autant plus que personne n’a été envoyé au Caire les mains vides, ni abandonné à des inconvenances là-bas. Beaucoup d’argent est investi dans le football, et particulièrement sur cette génération et son coach, pour un pays ou le service public est quasi-délité et d’autres disciplines sportives négligées, à tort quelques fois. On ne peut pas faire semblant d’oublier cela et laisser perdurer dans ses carences une division de notre armée nationale (l’équipe nationale de football!), porte étendard olympique de notre pays sur le sport international. Le sport de haut niveau, le football en premier, est une affaire de politique hautement stratégique.

J’estime que nous devons faire des résultats et ne plus nous contenter de seconds rôles alors que nous avons le potentiel et surtout avons rien gagné jusque- là malgré des investissements humains et matériels défiant parfois la concurrence africaine.

Le meilleur service que peut nous rendre Aliou Cissé à présent c’est de reconnaître qu’il a eu assez de temps et de ressources pour faire un bon résultat et d’en tirer les conséquences. La plupart de nos joueurs n’ont pas le niveau et les compétences qu’il faut pour rester en équipe nationale, mais il y en a qui méritent beaucoup mieux et qui, avec ce mieux-là, peuvent sans aucun doute introduire notre pays dans le cercle très restreint des grands d’Afrique et du Monde. Parmi ceux que Aliou a cru bon de faire attendre, il y en a aussi qui peuvent faire prévaloir leurs arguments et leur potentiel avec une nouvelle équipe et un nouveau sélectionneur. Celui-ci, que la Fédération en soit avertie dès maintenant, devra être choisi pour ses compétences et son expériences mais surtout pour ses vertus morales et son charisme avant toute autre considération. Il nous faut mettre en avant son humilité, son haut sens de l’équité et son ouverture d’esprit, trois qualités qui font les grands conquérants et les meneurs d’hommes. Je voulais dire tout simplement qu’il faut un tel chef pour regrouper et faire des conquérants. C’est quand on admet que c’est terminé que l’on peut vraiment recommencer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *