Libérez-le ! Ce matin, je suis Guy-Marius Sagna. En son nom, j’interpelle tous les militants des droits de l’homme -m’entends tu cher vieil ami Reed Brody de Human Rights Watch? Je demande au peuple sénégalais de se pencher sur cette arrestation et l’incarcération du célèbre acteur citoyen, en rase période jubilatoire pendant les phases finales de la CAN, alors que les passions étaient rivées sur les terrains de football Égyptiens, tous les yeux braqués sur les pieds de nos Lions.
Comme ailleurs, ici aussi, c’est la méthode des dictatures qui est à l’œuvre. Elle est restée la même, à savoir toujours profiter des moments d’inattention, d’abandon, de distraction pour faire leurs coups tordus. Avec l’aide des justices et forces de répression couchées. Dans le cas de Guy-Marius, elles ont été promptes à offrir leurs bras séculiers pour le jeter en prison.
Autant dire de lui, un homme que je ne connais ni d’Adam ni d’Eve, qu’il n’est donc que la dernière victime de ces complots d’Etat si tristement documentés par l’histoire des ennemis de la liberté.
Il faut enfin que le peuple sénégalais se mobilise pour lui. Ce qui lui est reproché ne vaut pas un séjour carcéral, même pas une explication devant quelque autorité judiciaire. Avoir dit que nos grands hommes politiques vont mourir dans des structures sanitaires de pointe à l’étranger pendant que notre pays souffre de déficits d’infrastructures sanitaires, ce n’est pas une position qui puisse même légitimer de fouetter un chat mais c’est surtout la phrase la plus sensée qu’il ait jamais formulée dans son militantisme. Tant elle est véridique. Le réflexe du pouvoir illégitime aurait du être d’en tirer les leçons pour faire amende honorable. Elle était une bouée de sauvetage. Parce que cette hérésie ne peut plus continuer. Les Sénégalais n’ayant pas vocation à subir cet apartheid sanitaire qui privilégie une minorité soignée aux frais du contribuable à l’étranger tandis que la majorité est laissée dans des mouroirs, sans équipements ni médicaments, sans capacités financières, dans notre pays, en décadence sanitaire et faillite économique !
Soyons clairs. Je n’ai pas toujours été convaincu par la manière dont Guy-Marius mène et justifie ses combats mais ce matin j’ai envie de hurler mon soutien à sa cause -à l’injustice qui le maintient derrière des barreaux au milieu du silence d’un peuple qui préfère fêter des joueurs rentrés d’une défaite au lieu de se préoccuper de l’érosion de ses libertés et ressources. Ce matin, sénégalaises, sénégalais, je nous invite à nous préoccuper du sort qui frappe, illégalement, un de nos compatriotes, tout en menaçant les fondamentaux sur lesquels notre nation repose.
Je m’engage pour lui, même si je n’ai pas toujours aimé ses confrontations avec les forces de l’ordre ni ses shows physiques, suivis d’arrestations spectaculaires lors des manifestations citoyennes qui l’ont rendu célèbre, encore moins ses postures populistes, pas bien argumentées, contre le franc néo-colonial, cette relique qu’est le CFA, car conscient de la légèreté hélas que nous montrons face à la gestion des choses, et donc d’une affaire aussi sérieuse que l’est une monnaie.
C’est bien sûr tentant de hausser les épaules et, comme y encourage la culture de la lâcheté prévalente, de s’en frotter les mains, en l’accusant même d’avoir cherché ce qui lui arrive. Tant pis pour lui, serait-on en droit de dire quand on suit la logique bancale d’un peuple qui préfère se mettre aux abris que de s’exposer. Ou de jubiler sur des non-victoires dans une dynamique de dérivation, j’allais dire de quête d’échappatoires pour ne pas se compliquer la vie.
Ce faisant, les sénégalais réalisent-ils qu’ils reproduisent les pires attitudes qui ont fait couler d’autres nations et peuples dans l’histoire. C’est ainsi que face à la bête immonde, face aux arrestations de Juifs, aux actes de racisme anti-noirs ou arabes, aux violences contre les militants pro-démocratiques et l’ex minorités en tous genres, ou à d’autres symboles de particularismes dans l’œil de pouvoirs politiques autocratiques, le refus de ne pas résister, de ne pas défendre les droits des victimes, s’est toujours traduit plus tard par l’extension des exactions dont elles pâtissaient vers ceux qui s’étaient réfugiés dans un silence et une indifférence coupables.
Sous Hitler, Pinochet, pendant le McCarthysme, au cours de l’apartheid Sud-africain et les années de braise des dictatures sur notre continent, ceux qui sont restés les bras croisés quand l’injustice se déployait ont ainsi nourri la spirale de la terreur etatique jusqu’à en être les…victimes.
C’est donc dire que ce qui arrive a Guy-Marius Sagna peut frapper n’importe lequel d’entre-nous. Notre silence sur son sort n’est pas que de la lâcheté, c’est pire: un encouragement à l’enhardissement des menées de cette bête immonde, de ce pouvoir illégitime, qui ne rêve que d’une chose -semer peur et panique pour faire passer ses forfaits, des deals petrigaziers à ses fraudes électorales !
Réveillons-nous. Ce sont nos droits qui partent en fumée.
Et de grâce, ne nous laissons pas enfumer par les exploits, certes remarquables mais non producteurs d’une victoire finale, de nos joueurs rentrés de la CAN. Ce qui se joue est beaucoup plus important : l’avenir des libertés publiques et individuelles ! Par Guy-Marius, subjugué, c’est un test de notre capacité à défendre nos droits qui est lancé à une majorité malmenée pendant qu’une minorité, pratiquant un apartheid contemporain, veut se servir de l’Etat, de ses secrets à ses moyens, pour perpétuer sa dictature au service de la préservation de ses privilèges et la couverture de ses crimes.

Guy-Marius Sagna n’a pas volé notre pétrole, contrairement à Macky et son frère, Aliou, libres comme l’air, alors qu’il paie sa liberté pour son engagement démocratique…Cherchez l’erreur !

Ps: Aux amateurs de football qui voudraient qu’on se laisse emporter par l’ivresse du tournoi qui vient de se terminer au Caire, sous mes yeux, je voudrais dire que je suis aussi un fan de football. Jeune élève, en secondaire, je savais réciter, de mémoire, les noms des footballeurs du championnat sénégalais, ceux des équipes de France, et ma passion était telle que je me faisais surnommer du nom du libéro…libéré, Beckenbauer, sans avoir une once de son talent.
Je connaissais les grands joueurs Allemands d’alors -Wolfgang Weigang, Ruth Oberoth, Uwe Seller, Paul Breitner etc. Et je revois cette phrase du grand journal sportif, France Football, commentant la demie finale Allemagne-Grande Bretagne au Mondial 1966. “Épaule luxée, Beckenbauer se fait soigner: pour l’Allemagne, il fallait vaincre ou périr”, écrivit le journal alors que Beck, comme on l’appelait, se faisait masser, avant de retourner, en héros, un bandeau à l’épaule, sur le terrain, assumant ce qui fut l’un des grands moments de l’histoire du ballon rond. Le mondial de 1970 avec les Jairzinho, Clodoaldo, Tostao, Rivelino, Pelé est également dans ma mémoire -comme dans celles de mes contemporains.
Le goût du football est ancien, ancré dans ce pays.
J’ai pareillement aimé les meilleurs footballeurs qu’il a connus: Mbaye Fall, CHRISTOPHE Sagna, Léopold Diop, Eusebio, Locotte pour ne citer qu’eux. Comme j’ai été ébloui par le talent de notre Onze national de 2002 et certaines perles du cru actuel, tels Coulibaly, Mané, Gana.
Je dis toute ma passion pour le football pour une seule raison: il ne peut être plus important que La Défense de nos libertés au cœur de notre raison de vivre.
Fêter les joueurs revenus du Caire, c’est bien; se soucier du sort de Guy-Marius Sagna, pris en otage et injustement incarcéré, c’est encore mieux ! De sa Casamance a l’Eglise, des mouvements civiques et citoyens aux militants de la démocratie, des diplomates aux investisseurs, tous sont en droit de se demander ce qui se passe au Sénégal ! Si nous aimons le football, passionnons nous pour les libertés individuelles: le football n’en n’est-il une variante qui laisse les talents libres nous faire vivre leurs génies !

Le Sénégal est devenu un pays triste, MINAble: les relations sont calculées, l’argent y joue un rôle toxique quitte à casser les élans les plus sains, et le temps est loin ou l’on avait de ces avocats et grands juges qui soutenaient les combats Démocratiques…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *