ALGÉRIE – SÉNÉGAL : Assassinat de Mamoudou Barry!

Ceux qui ont fait cet acte ignoble et lâche sont les mêmes que ceux qui cassent et vandalisent partout en France lorsque l’Algérie joue (que ce soit une victoire ou une défaite peu importe).
Ce sont également les mêmes qui sifflent La Marseillaise.

Il s’agit de jeunes nés en France de parents immigrés algériens, qui pour la plupart n’ont jamais foulé le tarmac de l’aéroport d’Alger et même sont incapables de situer l’Algérie sur une carte de l’Afrique.

Ils sont nés en France ont grandi en France et durant leur enfance ils ont toujours considéré leurs propres parents comme des étrangers et les désignent par le terme très péjoratifs de « blédards » et l’Algérie par « Le Bled » tandis que eux sont des « français ».

À ce stade de leur évolution ils sont dans le refus catégorique d’être assimilés au Bled qui symbolise tout ce qu’il y’a de péjoratif dont ils ne veulent pas :
– le lointain, la brousse, la pauvreté, le sou-développement
– l’antipode de la modernité et de la civilisation, la ruralité etc…

C’est pourquoi ils exhibent fièrement leur « Francité ».
Il est important de noter qu’à cet âge de l’enfance caractérisée par l’insouciance et l’innocence, rien ne les distingue de leurs camarades « français de souche », ils ne vivent pas encore le racisme, la stigmatisation, le rejet et la xénophobie.

Arrivés à l’adolescence ils découvrent la stigmatisation, on leur montre clairement qu’ils sont différents, qu’ils ne sont pas des « français de souche » même s’ils sont nés en France et qu’ils n’ont jamais connue d’autre patrie que la France.

Ils découvrent le racisme, la difficulté et le fardeau de porter un prénom à consonance maghrébine.
Ils subissent un choc violent : la patrie dont ils se sont toujours réclamés fièrement les rejette d’une certaine façon et leur nie leur « Francité ».
Ils vivent alors un drame terrible : celui de leur identité !
Se pose alors un vrai dilemme : qui sont-ils en définitive ?
Ils se croyaient français et fiers de l’être, que nenni ils sont confrontés à la dure réalité : discrimination à l’embauche, au logement, délit de faciès et le fardeau du nom à consonance maghrébine.

Certains vont être tentés de « franciser » leurs prénoms comme les y invite Eric Zemmour pour « s’intégrer » et être acceptés comme « français ».
Ils sont très vite rattrapés par la triste réalité : ils courent en réalité derrière un mirage, une chimère, une utopie, celle d’être reconnus comme des français à part entière.
Ils ne seront jamais considérés comme des « vrais français ».

Le rêve s’effondre comme un château de cartes et ils se tournent vers la patrie des parents à la quête d’une identité car c’est un calvaire cette absence d’identité.

Un sentiment d’injustice s’installe et fait le lit de la haine et du ressentiment vis à vis de cette patrie qui les rejette.

Ainsi toute occasion est prétexte pour faire « payer à cette France » son « ingratitude » son « injustice ».
C’est pour cette raison qu’ils cassent tout, en exhibant une forme de « nationalisme patriotique » pour leur « nouvelle identité » qu’ils ont prise par résignation.

Alors quand il y’a un événement qui concerne l’Algérie, leur nouvelle patrie, ils vont saisir l’occasion pour exhiber leur fierté d’appartenir à cette patrie qui les a acceptés entièrement sans aucune condition à bras ouverts.

Cette violence sur « La France » est en quelque sorte un exutoire pour eux, une forme de revanche sur la société et le système qui les rejette.

Voilà les racines du mal être de ces « Algériens-Français » ou plutôt Français entièrement à part et non à part entière.

À la base cette violence est destinée à « La France » qu’ils accusent d’être à l’origine de leur mal-être.
Le meurtre de ce jeune qui n’a rien à voir avec leur drame est inacceptable et inadmissible.
Nous exigeons que les auteurs soient identifiés arrêtés et sanctionnés sévèrement.

Ce meurtre ne saurait passer par pertes et profits.
Honte à vous !

JUSTICE POUR MAMOUDOU BARRY !
JE SUIS MAMOUDOU BARRY !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *