Dans le budo, il arrive que vous gagniez un combat et que le maitre ne vous félicite pas. Qu’il estime que vous avez certes marqué les points de la victoire, mais que vous avez mal combattu, que vous avez manqué de combativité, de lucidité, d’esprit de décision, que vous n’avez pas su saisir toutes les ouvertures, etc. Il arrive aussi que vous perdiez un combat et qu’il estime que certes vous certes perdu aux points, mais que vous avez bien combattu. Que vous avez tenté les enchainements qu’il fallait au bon moment, que vous avez eu le bon état d’esprit, que vous avez était combattif, lucide etc. Morale : la vraie victoire n’est pas toujours là où elle semble être, elle est aussi dans la manière que vous avez eu à faire face à l’adversité ; manière qui doit actualiser en vous les qualités que le Budo cultive ; ce pour quoi le combat est fait. L’idée selon laquelle seule compte la victoire, est une erreur. C’est un mantra de l’ère néolibérale (bien avant d’ailleurs) où tout ce qui compte est de gagner, peu importe les moyens et la manière. Dans notre longue histoire, nous avons hélas fait les frais d’une telle vision du monde. Gagner à n’importe quel prix. Il est des victoires qui sont des défaites (humaines, éthiques, morales, symboliques) et vice-versa.
L’idée ici n’est pas d’anoblir la défaite ( bien qu’elle soie souvent plus instructive) , mais de se poser la question de savoir, où est réellement la victoire et qu’elle est la nature de la défaite ? En quoi consiste- t-elle ? Quelles sont les valeurs que l’on souhaite encourager/cultiver dans une compétition sportive ? Qu’attendons-nous d’une telle épreuve ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *