Ce n’est pas de l’hypocrisie, c’est de la confusion

Ce qui est qualifié d’hypocrisie sénégalaise me semble inapproprié. Il est souvent reproché aux sénégalais et à la société sénégalaise en général de cautionner versatilité et chevauchement de caractères. C’est ainsi qu’à priori le sénégalais se montre autant bon pratiquant musulman, adepte de gris-griserie, conservateur de tout et de rien et républicain inconditionnel à ses heures perdues. Aux allures de feintes ou de mascarades, cette caractéristique tire ses origines au-delà du simple trait symptomatique de fausseté. Elle traduit, sans même que le sujet n’ait le moindre contrôle sur ses faits et gestes, des points de rupture inattendus, brusques et très fréquents.
Le diagnostic sans appel de duplicité et de fausseté est superficiel en ceci qu’il ne tire son fondement que du seul fait de la manifestation d’un traumatisme. Ce qui est en cause, ce n’est même pas la multitude de référentiels. Ceci est consubstantiel à l’évolution ou à la dynamique de tout groupe social. C’est la résistance suicidaire au changement, le refus pathologique de choix et de renoncement qui nous condamnent et nous maintiennent en crise, dans des sincérités successives qui nous font passer très souvent pour imposteurs et volages.
Être bon musulman ou bon chrétien, c’est admettre sans sourciller que nos religions traditionnelles n’étaient porteuses de salut. A quoi bon vouloir coûte que coûte justifier la « démocraticité » du Sénégal avant celle des gaulois ? Ça fait vraiment rire quand pour régler un problème actuel de société comme l’éthnicisme ou la malgouvernance, les bienpensants convoquent la charte du Mandé ou la révolution des torodos de 1776.

Waltako

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *