L’ARBITRE ET LA CHUTE DE EUMEU SENE !

Afin que nul n’en ignore.

À vous tous qui louez le geste de l’arbitre et lui décernez la Légion d’honneur pour lui « avoir sauvé la vie » retenez ceci une bonne fois pour toute :

– la règle de base élémentaire en secourisme et en gestes d’urgence c’est « primum non nocere » : ne pas nuire. Soit on sait faire ou on ne sait pas faire et si on ne sait pas faire on ne prend aucune initiative.

Il n’y a aucune place pour l’improvisation ni pour l’émotion ni pour le sentimentalisme. Quand on ne sait pas la meilleure façon de rendre service à la victime c’est de ne pas la toucher et d’appeler au secours ceux qui savent faire.

Ensuite cet arbitre n’est pas secouriste c’est pas son rôle dans ce contexte : il y’a un médecin du CNG sur place, il y’a des sapeurs pompiers formés au relevage des blessés et ils n’étaient pas à des kilomètres ils étaient juste à deux pas. L’arbitre ne devait pas succomber à l’émotion.
Vous voyez les arbitres de foot s’il y’a un problème sur le terrain ils font signe aux secouristes d’accourir pour porter assistance.

Ce geste absurde et dangereux de l’arbitre aurait pu coûter la vie à Eumeu ou entraîner chez lui une paralysie des 4 membres (tétraplégie) ou de deux membres inférieurs et le clouer sur une chaise roulante pour le reste de sa vie.

Cette façon de succomber à l’émotion et de prendre des initiatives qui peuvent être fatales est une spécificité bien sénégalaise.
Combien de fois essaye t-on de donner à boire à quelqu’un qui tombe en syncope alors que c’est une bêtise grave ?

Dans le cas précis de Eumeu sene ce n’est pas une seule personne qui devrait intervenir mais une équipe bien précise dans laquelle chacun a son rôle prédéfini sous la direction d’un team leader qui dirige coordonne et donne les instructions (en principe L’équipe des secouristes des pompiers est organisée ainsi).

La première chose consiste à plonger le doigt dans sa bouche pour extraire le dentier (protège-dents) ensuite le team leader se met à la tête un autre au tronc et un autre aux pieds (minimum 3 secouristes) donc.

Ils retournent le corps de la victime en entier en bloc en respectant scrupuleusement l’axe tête-cou-tronc-membres sous la direction du team leader qui effectue la libération des voies aériennes en maintenant toujours la tête dans l’axe et en effectuant une manœuvre bien spécifique sur la la mâchoire de la victime appelée sub-luxation.

La mise en PLS (position lateral de Securite) dépend de certains critères à évaluer au préalable : la victime est-elle consciente ou pas?
Respire t-elle spontanément ou pas ? L’activité cardiaque est-elle présente ou pas (on perçoit un pouls ou non)?
Par ailleurs la mise en place d’une minerve également va se faire suivant une technique et des précautions particulières.

Une évaluation neurologique (sensibilité et motricité) sera également faire rapidement pour rechercher une éventuelle complication neurologique : est-ce qu’il sent ses jambes ? il les bougent etc…

Vous voyez donc que le secourisme ne s’improvise pas et n’est pas une affaire d’amateurs.

Les arguments du genre « ndeyssane il voulait le sauver, yeurmeunde patati patata c’est des foutaises et du grand n’importe quoi qui participent de la sorcellerie qui frappe ce pays: il faut s’en défaire.

En conclusion que chacun garde ses vaches et l’ensemble du troupeau sera en sécurité.
Que chacun s’occupe de ses oignons et cultive son lopin de terre et l’ensemble du champ sera bien défriché.
« Non mais deuk bi mo méti quoi !
Gni wara nopi ameniou di ratatati thi louniou amoul bene kham kham ta kou wakh niou dal sa kaw ».

Pathétique et désespérant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *