La vitalité de la démocratie se nourrit de la pluralité des opinions et de leur confrontation intelligente dans des débats civilisés. Il importe donc que chaque citoyen puisse avoir la liberté de s’exprimer librement sans être inquiété. Il est vital que chacun puisse dire ce qu’il pense par les moyens d’expression à sa disposition, sans qu’on lui en tienne rigueur.

Il y a cependant un bémol à cette liberté d’expression que nous défendons tous.

Oui, s’il s’agit de dénoncer les abus de pouvoir du régime, la mal gouvernance et les actes de prédation économiques. Oui, s’il s’agit de combattre le népotisme, le favoritisme et la gestion clanique pour ne pas dire familiale de nos ressources. Oui, s’il s’agit de s’élever contre l’inféodation de notre économie à des intérêts étrangers au détriment de nos intérêts nationaux. D’une façon générale donc, oui, à une opposition républicaine.

Mon avis est qu’une opposition digne de ce nom, s’emploiera à dénoncer sans complaisance et à combattre sans quartier les «écarts» du régime en place. Sa vocation et la finalité de son combat ne sont-elles pas, après tout, de l’alterner? Mais, toujours à mon avis, l’opposition n’a pas le droit de faire flèche de tout bois. Oui! Elle doit dénoncer et combattre les errements et erreurs de pouvoir en place. Et ses arguments doivent être puisés dans des faits avérés, imputables au Pouvoir. Mais, lorsqu’on fouille dans la fange putride des égouts pour trouver des choses à asséner à la figure de ses adversaires politiques, moi ça me donne envie de vomir de dégoût. On a le droit de combattre Macky Sall. On a le droit de travailler à son départ de la tête de l’État. Mais si, pour arriver à ses fins, on recourt à des arguments impliquant sa vie privée, sa famille, je dis non! Comment chacun d’entre nous réagirait-il, si son propre père était traîné dans la boue? Non! L’adversité politique n’excuse pas tous les excès. Non, mes amis, n’allons pas, pour combattre Macky Sall, accepter que soient fragilisés, banalisés, désacralisés même, les symboles de la République. Si la mesure et le sens de l’honneur sont bannis de nos mœurs politiques, alors nous ne valons pas mieux que les animaux.

Conclusion : je peux joindre ma voix à celles de ceux qui demandent la libération de Guy Marius Sagna. Après tout, il n’a fait que dénoncer des faits qui lui paraissent incompatibles avec les intérêts du Sénégal. Et ça, c’est son droit. Et, que je sache, nul ne peut lui imputer une quelconque appréciation malveillante sur la personne de qui que ce soit. Il n’a jamais attenté, à ma connaissance, à l’honorabilité d’un tiers. Mais, quand, pour arriver à ses fins, quelqu’un s’abaisse à «frapper sous la ceinture», moi je n’ai que mépris pour lui.

Et je dis: qu’il assume!

Baye Mansour Diop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *