Les lois qui régissent la vie des citoyens d’une République, sont par essence, l’émanation du substrat culturel qui fonde l’existence du peuple concerné. Nous les acceptons, nous nous y plions, parce qu’elles sont conformes à l’esprit de notre «moi profond».

L’esprit de notre «moi profond», c’est notre appartenance à une sphère culturelle faite des traditions, usages, coutumes et croyances, que nous avons héritées de nos ancêtres. À cela s’ajoutent des croyances religieuses dont les dogmes constituent le moteur de notre vie quotidienne.

En clair les traditions que nous ont léguées nos ancêtres, ajoutées à nos religions que sont l’Islam et le Christianisme, ont forgé un profil du sénégalais dont l’une des caractéristiques principales est le rejet de l’homosexualité. Sous d’autres cieux, les avatars du développement socio-culturel des hommes ont pu générer des modes de pensée qui perçoivent cette pratique comme une liberté accessible à tout individu. Soit! Nous leurs concédons ce droit d’organiser leur vie comme ils l’entendent chez eux. Tout ce que nous demandons, c’est qu’on nous reconnaisse parallèlement le droit de vivre chez nous, selon nos croyances et nos spécificités culturelles.

Ces derniers temps, les réseaux sociaux sont secoués par le débat sur les LGBT et leurs droits. On va même jusqu’à publier des photos qui montrent soit des Imams gay en train d’officier ou encore des mariages entre musulmans homosexuels.

C’est ce genre de débat que je trouve malsain. La raison est très simple : le dogme de l’Islam est très clair. En effet, Allah SWT a créé le genre humain en distinguant l’HOMME et la FEMME. En clair, Dieu a créé le SEXE MASCULIN et le SEXE FEMININ. La finalité c’est la procréation pour la perpétuation de l’espèce humaine. La notion de GENRE est une invention de l’homme, sacrilège du point de vue de l’Islam. La conséquence qu’on en tire, et le Coran est formel sur la question, sera : celui qui se verse dans l’homosexualité s’exclut lui-même de la Ummah. Alors, parler d’Imam gay ou de mariage entre musulmans homosexuels est un débat qui ne doit même pas être posé et aucun musulman ne devrait y participer. Ceux qui se définissent comme gay se sont, de fait, exclus eux-mêmes de l’Islam. Ainsi, ils ne sont en aucun cas, concernés par des considérations d’ordre «islamique».

Nous sommes des musulmans ou des chrétiens. Nous ne saurions donc participer à des débats sur l’homosexualité. Simplement parce que de tels débats ne nous concernent pas. Que ceux qui veulent cautionner l’homosexualité ou lui donner droit de cité chez nous, prennent leurs responsabilités, assument leurs propos et positions. Ils sont, sur un plan strictement républicain, dans leur droit. Mais, de grâce, qu’ils s’abstiennent de se référer de quelque manière que ce soit à l’Islam qui, répétons-le ne s’accommode, en aucun cas, de l’homosexualité.

Je pense à tous ces ONG qui, sous le couvert d’actions humanitaires, sont en fait les têtes de pont de cette forme d’impérialisme culturel qui veut nous imposer des schémas de pensée et de comportement, bref des mœurs, venus d’ailleurs. Je pense à tous ces «droits-de-l’hommistes», qui, mus par l’appât du gain, se font leur «bras séculier chez nous et endossent leur «croisade». Je pense à tous ces jeunes, proies faciles de ces «prédateurs» d’un autre genre, parce que fragilisés par l’extrême pauvreté, endémique sous nos cieux. Est-il envisageable que nos «envahisseurs» adoptent par exemple la pratique de la polygamie qui est courante chez nous? Est-il pensable qu’ils acceptent cette disposition de l’Islam qui inféode la femme à la tutelle de l’homme, de son époux? Bien évidemment, c’est hors de question pour eux. Alors diable, au nom de quoi devrions-nous accepter qu’ils nous imposent comme norme de comportement maquillée sous les traits de «droits humains», cette abomination que notre foi réprouve, que nos traditions rejettent et que le simple bon sens bannit?

Des statistiques récentes font état d’une prévalence nationale du VIH-SIDA inférieure à 1% là où, dans le milieu gay, elle monte jusqu’à 26%. Ne serait-ce que pour cette raison, non à l’homosexualité chez nous.

Foulleu mooy diaay dakkhaar, dit un adage de chez nous. Ayons le cran, nous Croyants de ne pas donner consistance à un débat aussi malsain que celui qui gravite autour de la question de l’homosexualité. Aucun argument tiré du Coran et des «Sciences connexes » ne peut l’alimenter.

Baye Mansour Diop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *