Comme la vie peut nous paraitre drôle. On dénie ainsi à un homme qui a écrit les plus belles pages de la presse sénégalaise, sa qualité de journaliste. Lui qui est sorti de la prestigieuse école de journalisme du Cesti, a fait un doctorat en journalisme en France, fréquenté de prestigieuses écoles de journalisme en Angleterre et aux usa, tout en ayant fait ses preuves dans la presse internationale. Bref, personne ne peut dénier à cet éminent confrère son statut de journaliste. On ne peut, non plus, mettre ses écrits dans la pourriture des excréments. Adama Gaye nous parle, nous interpelle, nous conscientise. Ses articles sur les scandales qui ont émaillé la gouvernance du président Macky Sall, en plus d’être très bien écrits — un délice que de les lire ! — sont documentés, fouillés, informatifs. Bref, on sent qu’ils sont écrits par un journaliste talentueux, un vrai, une des meilleures plumes de ce pays et du continent. De « Jeune Afrique » à radio Néderland international en passant par la BBC, Africa numéro 1 de la belle époque et bien d’autres stations ou publications internationales, sans compter ses livres de niveau universitaire, Adama Gaye a fait la preuve qu’il est un des meilleurs journalistes africains de ces 30 à 40 dernières années. Et cela, nul ne peut le lui dénier. A preuve par son impressionnant carnet d’adresses où l’on trouve des présidents de la république, des Premiers ministres (et pas seulement de pauvres pays sahéliens voire africains !), des banquiers (oui, banquiers et non des employés de banque, nuance… ), des dirigeants de multinationales, des universitaires parmi les plus prestigieux du monde etc. Comme disent les Wolof, ce que Adama a « mayou Yallah la », c’est un don de Dieu et nul n’y peut rien. Le fait que le confrère, comme tout être humain, ait ses défauts, n’y change rien. C’est un génie, un des plus brillants fils de ce pays et dont la place, à défaut d’être au plus haut niveau de l’Etat, ne devrait certainement pas être la prison. Mais voilà, de même qu’on ne parle pas de corde dans la maison d’un pendu, on n’allume pas un briquet dans un pays où il y a des fuites de gaz et de pétrole ! Pour ne pas parler de scandales relatifs à des contrats pétro-gaziers, bien sûr !

KACCOOR BI

Le témoin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *