De notre rapport au pouvoir
De tous les pouvoirs, même parcellaires.

Le cas du commissaire Sangaré est la bulle qui a éclaté au grand jour, dans notre océan de dérives et d’abus quotidiens.
Quel est le Sénégalais qui ne s’est jamais fait rabroué par un contrôleur de bus, un gendarme, un receveur, une caissière, un vigile, un quelconque agent d’une administration derrière son pupitre.
Quel est le Sénégalais qui n’a jamais entendu cette rengaine tellement chargée d’ÉGO : “yaw, esk xàm nga maay kan” ou “yaw, esk xàm nga ki ngay wàxal”.
On use et abuse de tous les “pouvoirs” qu’une quelconque fonction, soit-elle au ras de la hiérarchie, confère pour servir et non pour humilier ses concitoyens.
Et l’on s’étonne qu’au sommet de l’État, nos gouvernants deviennent nos bourreaux après avoir si poliment sollicité nos voix.
Senghor a abusé de ses pouvoirs pour humilier, écarter, anéantir ses adversaires. Il en fut de même avec Diouf, sans avoir l’air d’y toucher, avec l’aide de Tanor.
Et le phénomène s’est exacerbé avec l’arrivée au pouvoir des libéraux. Qui ne se rappelle pas de l’affaire Mbaye Diouf de Thiès. Tous les opposants qui n’ont pas répondu favorablement aux injonctions de Idy, de rejoindre le parti, ont payé.
Il en va de même de nos jours, depuis 2012. Aïda Ndiongue, Khalifa Sall, des opposants, activistes et tant d’autres. La liste serait exhaustive depuis 1960.
Nous sommes un seul et même peuple, avec les mêmes valeurs, pour ne pas dire “TARES”. Car une valeur peut être négative ou positive.
Même dans nos familles, à bas âge, nous subissons les pouvoirs des plus grands, oncles, tantes, frères, cousins, etc.

NE SOYONS PAS DES AUTRUCHES.
LE MAL EST BIEN PROFOND.

Sàkku xam xam

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *