SÉNÉGAL : Affaire Commissaire Sangaré « La privatisation de la chose publique » signe de narcissisme !

La privatisation de la chose publique c’est à dire l’utilisation à des fins personnelles privées de prérogatives accordées par la République (Res Publica : la chose publique qui appartient à TOUS), par les dépositaires d’attributs républicains est un phénomène récurrent qui témoigne d’une confusion grave entre publique et privé entretenue par un Narcissisme authentique.

En témoigne les expressions suivantes courantes dans notre langage :
« tu ne sais pas à qui tu as affaire »
« je vais te faire regretter »
« tu ne me connais pas? Tu as touché à l’intouchable » etc…

Ces expressions laissent sous-entendre une volonté manifeste d’utiliser des prérogatives strictement républicaines publiques à des fins de règlement de comptes privés.
Cela vise à satisfaire un ego surdimensionné d’un Narcissique avéré qui s’estime lésé de ne pas bénéficier des égards dûs au rang que lui confère la République dans le cadre strict des missions régaliennes.

La République a mis entre les mains du Commissaire Sangaré (et non de Mr Sangaré, citoyen ordinaire) la prérogative de mettre en œuvre et d’utiliser la « force publique » et « la violence légitime » dans le cadre strict des missions régaliennes de maintien de l’ordre public, c’est à dire ce qui engage l’ensemble des citoyens, ce qui nous touche nous TOUS et transcende nos individualités.

Une telle prérogative est mise entre les mains d’un Responsable qui est censé remplir un certain nombre de critères précis dont un des principaux est la CAPACITÉ DE DISCERNEMENT :

  • savoir distinguer, discerner, séparer, trier ce qui relève de la chose publique commune à tous les citoyens de ce qui relève de la sphère privée
  • savoir juger de l’opportunité ou pas d’engager la force publique pour résoudre une équation.

Par son acte indigne de son rang, qui n’honore aucun chef dépositaire de la force publique, le Commissaire Sangaré s’est disqualifié.
Un chef digne de son rang doit savoir maîtriser ses émotions quelles que soient les circonstances (même lorsqu’il est victime d’outrage ou de manque d’égards et de respect), il doit garder sa SÉRÉNITÉ à toute épreuve.

« Peter les plombs » comme j’ai eu à l’entendre quelque part, doit être une expression inconnue de son vocabulaire.

Mame Abdou aziz SY Dabakh RTA, parlant de « SABR » (Mougne : persévérance et endurance) disait :
« Li la Nite gni di def Li la Yalla defal ngakoy mougner »

Autrement dit les privilèges Qu’Allah SWT nous a accordés ( contrairement aux autres) doivent nous permettre de supporter et de pardonner ce que ces derniers nous font de mal.

Le Commissaire Sangaré est l’arbre qui cache la forêt.
L’acte qu’il a posé et qui défraie la chronique est régulièrement et quotidiennement posé par des Ministres, des Responsables politiques et toutes sortes de quidams dépositaires de la moindre parcelle de pouvoir et de prérogatives républicaines.

En dépit de la gravité et de l’extravagance de sa faute, la sanction du Commissaire Sangare ne devrait pas constituer une « occasion d’exemplarité » pour faire semblant de résoudre ce cancer chronique.

Cette sanction ne doit pas non plus émaner du « Tribunal des réseaux sociaux » et doit tenir compte de ses antécédents de services dans un souci d’équité.

Au delà de sa personne, un recadrage réel s’impose pour mettre un terme définitif à cette tendance à la privatisation de la chose publique.

Mouhamadou Mansour Diop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *