Le Burundi a nié l’entrée dans Sadc

Le Burundi n’a pas rempli les conditions pour rejoindre la Communauté de développement de l’Afrique australe (Sadc).

Le pays a demandé à rejoindre l’organe régional en 2017, mais sa demande a été suspendue dans l’attente d’une enquête.

Une équipe Sadc a été envoyée au Burundi en mai – et sur la base de ses conclusions lors du sommet des chefs d’États ce week-end, il a été décidé que le pays devait régler certains problèmes avant de pouvoir être admis.

Le président tanzanien John Magufuli, qui a accueilli le sommet, n’a pas précisé quelles étaient ces exigences.

Depuis 2003, Sadc a spécifié que les pays souhaitant rejoindre l’organe devraient respecter les principes de la démocratie, des droits de l’homme, de la bonne gouvernance et de la prééminence du droit.

En juin, un rapport de la commission des droits de l’homme des Nations unies a accusé le gouvernement burundais de réprimer l’opposition et de “graves violations des droits de l’homme”.

Les représentants du Burundi à l’ONU ont qualifié le rapport de “document de mensonges”.