Sénégal: échec généralisé et responsabilité principale des élites

Toutes les autorités au Sénégal ont échoué: politiques, religieuses, administratives et intellectuelles. L’état de la population et le décor apocalyptique dans lequel se trouve le pays en sont les preuves éloquentes et irréfutables.

Les tendances ecclésiales des confréries et d’une partie des associations islamiques en posture d’hérésiarques contre le wahhabisme et une certaine nébuleuse païenne sont quant à elles les indicateurs les plus saillants de la crise du pouvoir spirituel.

L’échec des artistes est plus facile à démontrer: on ne trouve plus d’artiste que parmi ceux que l’on ne connait pas.

L’échec du pouvoir temporel ne date pas d’aujourd’hui. En fait le pouvoir temporel entraine avec lui les autres pouvoirs dans son échec par un jeu d’échanges empoisonné et de cordialité feinte dont le but est de dissimuler son échec et sa volonté de survivre en faisant s’effondrer les autres formes de légitimité.

Les intellectuels il suffit de poser le regard sur les université et d’écouter les jeunes pour savoir ce qu’il en est de leur brillant succès national.

Ce pays va bientôt exploser si ceux qui doivent se lever et reconnaitre leur responsabilité dans sa faillite morale ne le font pas; ce ne sont pas les paris nostalgiques et l’ancestrisme fanatique de quelques inconditionnels qui empêcheront la réalité de crever nos yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *