Massâlik : un drapeau de l’Islam et un symbole d’autodétermination.

Une des premières décisions que prend le Prophète Muhammad (psl) fraîchement arrivé et accueilli à Medine est d’y faire construire une mosquée juste après celle de Quba, en participant lui-même et ses compagnons immigrés dans la cité lumière aux travaux. Ceci montre que cet édifice religieux est essentiel au projet islamique.
Serigne Touba n’a jamais dérogé à cette règle à travers tous les villages qu’il a fondé de son vivant et plus tard toutes les “maisons de l’Islam” (communément appelées Keur Serigne Touba) qui ont été construites en son nom.

“[Seigneur] fais que mes demeures soient toutes des lieux de prière, Toi qui éloigne [de Ta Miséricorde] celui qui ne daigne se prosterner” (Nourou Daarayni)

D’ailleurs rien qu’au plan purement psychologique, le symbole dirige et donne forme à l’action et rappelle constamment le serment et l’engagement pris. Plusieurs auteurs l’ont démontré et ce n’est pas la maçonnerie qui me démentira. Ceux qui, habituellement, raisonnent en terme très terre à terre de construire des infrastructures hospitalières à la place d’une mosquée et d’avoir une perspective misérabiliste n’ont hélas pas compris la force du symbole catalyseur. C’est la mosquée qui donne l’hôpital et l’Université. Cette fameuse rangaine qu’on nous sert à chaque fois que des projets similaires son menés avec succès n’est pas motivée comme on peut le penser à une grande sollicitude envers les plus démunis mais plutôt à une aversion envers le projet et la perspective du développement religieux de manière générale.

N’as-tu pas vu comment toute la ville de Touba s’est construite autour de la grande mosquée ? elle en est le repère sprituel et temporel. Elle est aujourd’hui la deuxième ville du Sénégal en si peu de temps et aussi la seule a avoir construit sur fonds propres un hôpital d’une grande envergure (Fawzayni) alors que cela incombait principalement à l’État du Sénégal.

Les symboles sont importants car ils materialisent un projet commun, une vision commune, des valeurs communes et une histoire commune. Si les pays reconstruisent ou du moins l’envisagent si vite leurs symboles endommagés ou détruits (Notre dame de Paris, World Trade Center, . ), c’est aussi avant tout parce que c’est le ciment de leur unité, de leur système de valeurs, de leur identité.

Serigne Touba marque au fer, à travers ses Khalifes et ses disciples, par Massâlikul Jinân la capitale sénégalaise avec le symbole par excellence de l’Islam : la mosquée. Partout où elle est érigée est plantée par ricochet un drapeau de l’islam. Ce n’est pas pour rien que les laïcards s’y opposent souvent de toutes leurs forces pour confiner cette religion dans les caves et les lieux insalubres. Or s’il est demandé aux musulmans de porter leurs plus beaux habits dans les lieux de prière, il leur est alors demandé implicitement d’accorder autant de soin au lieu dans lequel ils l’effectuent :

« Ô enfants d’Adam, dans chaque lieu de salât portez votre parure (vos habits). Et mangez et buvez ; et ne commettez pas d’excès » (Coran 7/31).

Cette mosquée qui a fière allure et qui en impose par sa beauté est, au delà de la communauté mouride, une fierté pour l’islam et un symbole concret de la force de l’autodétermination dont le pays a tant besoin dans sa vision.

Lar bi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *