Je n’en ai pas parlé depuis, faute de tout comprendre moi-même et surtout pour ne pas suivre les meutes (pro ou anti). J’ai voulu me garder de jouer au moraliste comme certains des “antis” ou au libertaire, comme certains des “pros”. L’affaire me semble beaucoup plus complexe.

Par contre j’ai lu deux articles bien écrits sur le sujet (l’un directement lié à Arafat, l’autre indirectement). Je vous les partage en commentaire plus bas.

L’un est en francais, il sonne comme une gifle et une alerte violente. Polémique à souhait, son auteur aurait marqué un grand coup sans les généralisations excessives sur l’Afrique. Son texte reste pertinent.

L’autre, plus posé et plus réfléchi (en anglais) reprend à peu près les mêmes thèses. Mais l’auteur de ce second article est plus sage et se contente de parler de son Kenya, qu’elle connait, avec une petite ouverture sur l’Amérique en guise de comparaison.

L’un et l’autre nous donnent des clés pour analyser et comprendre ce culte du bling-bling — et de ce que d’aucuns qualifieraient aisément de célébration de la déchéance. (“Héroïsation de la décadence”, peut on lire dans le texte en français ).

Au coeur de la réflexion, la place perdue de l’éducation au profit de (contre) valeurs – qui font peur, mais attirent une jeunesse deboussolée ; le rejet par les jeunes des modèles figés ; la fuite en avant des élites dirigeantes incapables d’offrir de vraies solutions aux jeunes en quête d’alternatives.

Nous sommes tous interpellés. Les parents et les gouvernants encore plus. Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *