Je trouve irresponsables et cyniques à la limite ceux qui insultent et se moquent de la jeunesse ivoirienne (on ne généralise pas, bien entendu) et de celui qui leur servait de…modèle.

Ce qui s’est passé avec la mort de DJ Arafat devrait tous nous foutre la honte. Tous.

Si une bonne partie de la jeunesse ivoirienne, les chinois, trouve en la personne de Arafat un idole, un repère, au point d’en profaner la tombe pour s’assurer qu’il est bien mort et enterré, c’est qu’il y a de quoi s’inquiéter. C’est flippant et ça nous interpelle, tous.
Voici là un énième appel de détresse que nous faisons semblant de feindre, à volonté.

À la place des critiques faciles, des accusations et des moqueries, cette histoire devrait tous nous foutre la honte et nous faire enfin réfléchir.
Acceptons de voir la réalité en face.
Ouvrons les yeux, Guys !
On touche le fond là !

Je n’ai pas honte pour cette jeunesse inconsciente, perdue, insouciante, laissée à elle-même, livrée à la toxicomanie, à l’alcool, la prostitution, au banditisme. Une jeunesse malsaine sans projets de vie qui se donnerait facilement la mort parce que son modèle unique est parti (un garçon se serait suicidé, la photo de DJ Arafat accrochée à la poitrine. Un autre serait mort quand la Police tentait de disperser la foule…?)
J’ai peur pour elle. Je la plains. J’ai mal pour elle.

J’ai plutôt honte pour l’Afrique.
Tous coupables !!!

Honte à ces parents qui ne sont autres que de simples géniteurs dont l’avenir de ses enfants incombent peu.
Honte à cette remarquable fuite des responsabilités. Quelle lâcheté !
Honte à ces États africains qui laissent leur peuple s’abrutir et filer droit dans le mur.
Honte à eux qui leur facilitent l’accès à la drogue quand ils peinent à trouver une formation de qualité, un emploi décent, un train de vie respectable, un lendemain prometteur qui motive.

Ku amul li nga bëgg, am li fi sës.
Fii li fi sës mooy taxawaalu, yalwaan, jaay sa bopp, fowe sa ndaw, tàxalikook sa sago, tayle la sa bakkan ci mbedd mi.
Lenn moo ciy topp, la suite logique, muy : dee noppalu.
Dundu gu dee gën…

Quand on n’a absolument rien à faire de sa vie, la mort – quelles qu’en soient les circonstances, mais on s’en fout tellement – est une option, une bien belle option pour certains.

MFS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *