DOYEN ADAMA GAYE, LES GRANDS HOMMES NE MEURENT JAMAIS.

Par Moussa Ndao

Si, au debut, le magistère de Sadessert a fait rêver nombre de sénégalais de lendemains meilleurs, il s’est rapidement transformé en une nuit interminable de cauchemars sans fin. L’euphorie fut de courte durée, même pas le temps d’une rose. Puis, une tempête de désillusions . Bref, un rêve brisé en mille morceaux.

Pourtant, d’aucuns avaient vu venir en l’occurrence le doyen Adama Gaye qui, au moment où les sénégalais spéculaient sur la pseudo-merveille de programme du Yonu Yokkuté une alchimie de voeux pieux, s’interrogeait sur l’horizon imminent où la bulle de chimères, de démagogie et de populisme leur exploserait à la figure.
Et brutal fut le réveil après quelques mois de somnolence et de torpeur.

En effet, le monstre qui s’était paré des habits d’un bon samaritain montre sa vraie nature au grand jour. Incroyable, se disent-ils. Comment a-t-on pu tomber de ce piège? Est-on dans un rêve ou quoi?
Effectivement, depuis 2012 les sénégalais avalent sans répit couleuvre aussi repu sur couleuvre sans entrevoir d’issues heureuses.

Doyen Adama Gaye, savait la mort dans l’âme que la souffrance de ses compatriotes est à peine entamée et que de coup de force à coup de force, d’harcèlement à harcèlement et d’intimidation à intimidation, elle atteindra le sommet du pinacle.
Il avait vu juste, lui le visionnaire. Certes, bien et définitivement implanté au pays après un long séjour à l’étranger partagé entre le journalisme, la consultance, la formation et la recherche M. Gaye suivait de très près le calvaire graduel et progressif des populations ballotées entre les promesses démagogiques, le populisme et les slogans trompeurs, éphémères et sans lendemain.

Dans sa vision prémonitoire et sa lecture onirique de la politique économique du beige-marron en chef il avait décelé et averti que le Yonu Yokkuté est une superchérie. Du vent tout simplement car il cède vite la place au fameux et coûteux PSE monnayé à 2,5 milliards de francs CFA au cabinet McKinsey.
Aussi, s’ensuit-il aussitôt le bradage de nos ressources naturelles à travers des contrats léonins au grand dam du peuple. La France fait haro sur nos richesses renforçant ainsi son emprise sur le pays. Ses moindres caprices sont satisfaits. Eau, pétrole, éclairage public, port, permis de conduire, plaques d’immatriculation, autoroute à péage, Télécom finissent dans sa besace.

Ce retour en force voire cette intrusion ouvre la voie au néocolonialisme. C’est la ruée et les multinationales aussi impitoyables que cyniques ne sont pas en reste. Tout est bradé et les reliefs du table laissés aux pauvres industriels pendant que les populations spoliées végétent dans la misère et la pauvreté.

Les APE furent quasi imposées. Une concurrence déloyale menée par des entreprises aux reins solides soutenues par leurs pays et qui bénéficient d’énormes avantages fiscaux au Sénégal . L’économie meurt à petit feu . Fermeture d’entreprises et pertes d’emplois deviennent monnaie courante et le chômage prend l’ascenseur. Mêmes les terres agricoles, patrimoine séculaire des paysans, n’échappent pas à boulimie insatiable des étrangers.
La législation de travail connaît un assouplissement sans précédent pour soi-disant inciter les investisseurs étrangers à venir en masse au grand dam des travailleurs devenus des forçats déguisés.

Doyen Adama Gaye, esprit alerte, averti et proactif avait par amour de son pays attiré l’attention sur les risques que le peuple court en signant un chèque à blanc au Watiawatia en votant pour la nouvelle Constitution et lui concédant une majorité confortable à la caisse de résonance. Conséquences et résultats des courses, des lois scélérates passent comme lettre à la poste. D’ailleurs, Khalifa Ababacar Sall en a fait les frais victime qu’il est de l’arbitraire et de l’iniquité.
Sur ce le fameux article 80 reprend du service et devient l’arme fatale du régime qui telle une épée de Damoclès est suspendue au-dessus des têtes de ceux qui osent croiser le fer à Sadessert ou seraient tentés de dénoncer ses forfaitures et dérives.

Malheureusement c’est l’arme terrible qui eut finalement raison injustement de M.Gaye dont le seul tort est de dénoncer publiquement et sans fard le bradage des ressources nationales par ce régime prédateur, les malversations, le népotisme, la corruption et le clientélisme clanique.
Une pire honte pour ce pays qui se dit démocratique et soucieux du respect scrupuleux des droits de l’homme mais qui en réalité les foule aux pieds quotidiennement.
Doyen Adama, citoyen respectable et respecté, travailleur, journaliste émérite, consultant international, brillantissime intellectuel, l’homme au carnet d’adresses bien fourni et à l’expérience éprouvée et avérée aussi bien en journalisme, économie que les métiers des hydrocarbures ne mérite point cet embastillement.
Il n’est ni un preneur d’otages, encore moins un terroriste, ni criminel, un voleur ou un conspirateur contre la sûreté de l’État. Honnête homme il est, un battant, un bon vivant et surtout un dandy qui vit dignement et allégrement de sa besogne et de son labeur.
La prison de Rebeuss n’est la place de cet homme dont les services et l’expetise sont courus et sollicités par les plus grands médias de ce monde tels TV5, France 24, Al Zajeera,…
Malheureusement bon nombre de ses comptenteurs ignorent que c’est un grand honneur pour le Sénégal que de voir un de ses fils invités sur ces plateaux de télévisions pour sa densité et la pertinence de son analyse, la rigueur de sa pensée, l’épaisseur de sa culture et surtout son aisance sans commune dans le maniement de la langue Shakespeare.

Big respect doyen Adama Gaye.
Votre plume nous manque terriblement prisonnière qu’elle est des geôles de la honte et de l’injustice. Ailleurs, des personnes de votre acabit sont logées dans des suites présidentielles des hôtels huppés car les brillantissimes esprits, éloquents, denses et pertinents ne courent point les boulevards, avenues, artères ou rues.

Free Adama Gaye.
Khalifa Sall est un otage politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *