L’EXEMPLE DE BOUNA ALBOURY NDIAYE QUI RENONÇA À SON PÈLERINAGE POUR SAUVER LE DJOLOFF D’UNE FAMINE

L’histoire de Bouna Alboury Ndiaye nous rappelle la vision d’un pèlerin à la Mecque à qui le Prophète Mohamed (PSL) s’adressa en ces termes il y a quelques siècles : « cette année il y a eu prés de 400.000 pèlerins et Dieu a accepté leur pèlerinage à cause d’un Irakien qui renonça au pèlerinage en échangeant les pièces d’or destinées à son voyage pour acheter du sucre et du blé afin de nourrir les habitants de son village frappés par la famine » : En effet, En 1928, Bouna décida de se rendre au pèlerinage à la Mecque avec 50 personnes, grâce au remboursement perçu du Gouvernement du Sénégal pour leur cote part destinée au forage des puits entrepris depuis 1906 au Djoloff, et au nombre de 70 environs. Cette année là, le Djoloff fut frappé par une grande famine et Bouna renonça à ce grand pèlerinage, et avec son pécule acheta du riz et du mil qu’il distribua à son peuple sous forme de prêt. L’année suivante, à la suite d’une bonne récolte, il annonça que les prêts consentis ne seront pas remboursés car l’argent était son pécule pour son pèlerinage à la Mecque. Cette famine, rappelle qu’en 1906 Bouna trouva au cours d’une tournée un village ou les habitants exténués ne pouvaient ramper pour sortir de leurs cases. Cette tragédie le fit renoncer à la moitié de son salaire pour creuser des puits a travers le Djoloff jusqu’à son renoncement du pouvoir en 1935 pour se consacrer à l’adoration d’ALLAH (swt). La dimension spirituelle de Bouna Alboury était, en réalité, incommensurable. D’ailleurs, il n’y avait pas en son temps, une tête si haute ou si fière qu’elle fût, qui ne le saluait avec dévotion comme si sur son front, la main de Dieu, presque visible, avait posé deux couronnes : l’une qui est faite d’or et qu’on appelle génie royal, et l’autre qui est faite de Lumière et qu’on appelle génie religieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *