Le libérateur qui a contribué à ruiner la terre qu’il aimait

Il est mort loin de chez lui. Amer, solitaire et humilié. Une vie épique, avec le plus minable des fins.

Robert Mugabe incarnait la lutte de l’Afrique contre le colonialisme – dans toute sa fureur et ses échecs. C’était un homme politique courageux, emprisonné pour avoir osé défier la domination de la minorité blanche.

Le pays sur lequel il a finalement accédé à l’indépendance est l’un des plus prometteurs du continent et, pendant des années, le Zimbabwe a plus ou moins prospéré sous le président Mugabe.

Mais lorsque l’économie a faibli, Mugabe a perdu son sang-froid. Il a mis en place un programme de réforme agraire catastrophique. Le Zimbabwe a rapidement sombré dans l’hyperinflation, l’isolement et le chaos politique. Les forces de sécurité ont maintenu Mugabe et son parti, Zanu-PF, au pouvoir, essentiellement par la terreur.

Mais finalement, même l’armée se retourna contre lui et le chassa. Peu de nations ont jamais été aussi attachées, attachées à un seul homme. Pendant des décennies, Mugabe était le Zimbabwe. Un homme impitoyable, amer, parfois charmant – qui a contribué à ruiner la terre qu’il aimait.

Babacar Korjo Ndiaye