L’institution Jeanne d’Arc à l’école du bidon argumentaire juridico laïc

Le principal danger du recours sec et borné aux lois et règlements, c’est que la majorité religieuse en arrive à dicter, ses désidératas, à travers de nouvelles normes et à la lumière de sa seule sensibilité, sans même tenir compte d’une minorité à protéger. Le droit peut aussi nous « dédémocratiser » en un rien de temps. C’est se tromper que de croire que l’application stricte des règles établies est une caution d’Etat de droit. A y voir de près, le voile islamique n’est pas le problème. Sous le couvert du règlement intérieur, dynamique, appelé normalement à évoluer, c’est la crainte de l’islamisation qui fait réagir avec beaucoup de maladresse.
C’est se voiler la face que d’interdire le voile dit islamique dans un établissement scolaire, au Sénégal. De la même manière que certains pays du nord tentent d’étouffer désespérément la poussée ou l’affirmation de l’identité musulmane, l’école privée Jeanne d’Arc cache mal son aversion ou, à tout le moins, son malaise devant les mutations brusques et rapides de la société sénégalaise. Il s’agit de changements qui touchent principalement la jeunesse et qui, si des précautions ne sont pas prises à temps, légitimeront des rapports de force destructeurs entre les majorités et les minorités.
Où est-ce que ça mène ? A une judiciarisation de l’espace social, puis à une affirmation sans complaisance des communautés les plus représentatives. On nous parle de règlements intérieurs. Dans le cas de la pharmacie où les deux travailleurs voulaient observer leur devoir religieux contre l’avis du propriétaire, le droit du travail a été présenté, à tort, comme le support principal de référence au bon fonctionnement. Pourtant, la promotion d’une entente, rapprochement, de bonne coexistence aurait suffi sans que les normes juridiques, froides comme tout, interviennent. C’est renoncer à son intelligence que de recourir systématiquement aux feuilles législatives et réglementaires à chaque fois que nos différences nous interpellent, nous provoquent et exigent des mises à jour dans les modalités du commun vouloir de vie commune.

Waltako

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *