De l’importance du détail dans l’art de conter en Afrique

1) Échange entre deux Occidentaux à propos des risques de fermeture d’une entreprise:

  • Tu penses qu’ils vont fermer ?
  • Ça a l’air d’être ça… D’ailleurs ces derniers temps, beaucoup de gens autour de moi se plaignaient du service.
  • C’est terrible… On parle quand même de plusieurs centaines d’employés qui risquent de perdre leur emploi…
  • Eh oui, et ils sont mieux de se chercher une autre job dès maintenant parce que là, c’est mal parti.

2) Échange entre deux Africains sur le même sujet:

  • Tu penses qu’ils vont fermer ?
  • Parle doucement, faut pas que ta langue là leur porte malheur, pardon.
  • Ma langue va faire quoi ? Tu vois pas que ça ne va pas chez eux depuis là ?
  • Ah ça, j’ai menti si j’ai dit que je n’ai pas vu ça venir deh ! Tu connais Jeannot ? Le sportif là ?
  • Si si, je vois.
  • Juste hier, je l’ai croisé quand il sortait de sa salle de gym. Il n’était pas du content du service de la boite là.
  • Ah, tu as vu non ?
  • Et y a pas que lui ! Fatima, tu vois c’est qui ? La belle-soeur de Youssouf là.
  • Oh Youssouf là, il a disparu de la circulation ! Ça fait longtemps que je l’ai pas vu… Non, je n’ai pas rencontré sa belle-soeur là… Mais elle dit quoi ?
  • Mais elle aussi, elle disait la même chose l’autre jour… C’était quand même ? Voilà, c’était mercredi de la semaine dernière, quand on l’avait déposée au Grand Rond-Point pour prendre son autocar. Elle s’est plaint de la boite là pendant tout le trajet je te dis ! Et je peux continuer comme ça longtemps, tellement de gens autour qui se plaignent comme ça vraiment, c’est que le service n’est pas bon du tout !
  • Eh Allah, imagine tous ces pères et ces mères de famille qui risquent de perdre leur emploi comme ça…
  • Je te dis, c’est vraiment dommage quoi, alors qu’ils auraient pu gérer la boite tellement mieux que ça.
  • Et c’était bien parti hein ! Je me rappelle, à leurs débuts, moi je me disais qu’ils étaient là pour rester.
  • Hum, c’est parce que toi tu es naturellement optimiste, dans ton coeur là, y a pas une seule méchanceté et tu penses que tout le monde est comme toi. On dirait que tu n’es pas d’ici. Affaire d’Africains là, toi-même tu sais comment nous on est.
  • Mais quand même non quoi… Ils peuvent pas fermer l’entreprise comme ça là…
  • Laisse, c’est la volonté de Dieu. Là même, ils sont tous mieux de commencer à chercher un travail ailleurs.
  • Tu dis ça mais, toi-même tu sais… présentement là les temps sont durs comme cailloux !
  • Ah mais ça, il fallait y penser avant ! Mais les Africains tu leur parles, ils écoutent pas, eux-mêmes ils ont la tête dure comme caillou non ? Voilà maintenant ! On va avancer comment ?
  • Et tu sais, quand tu avances pas et que les autres avancent…
  • … tu recules ! D’ailleurs moi-même je dis plus rien, allons seulement !

🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *