SERIGNE MBACKE BOUSSO, LE SUBLIME SAVANT !

Voilà un homme dont la personnalité résume à elle seule le savant au vrai sens du terme. Serigne Mbacke Bousso était à la fois écrivain, poète, philosophe, théologien, juriste, jurisconsulte sage, penseur en un mot il était la science sous toutes ses formes. Ses demeures, ses chambres, sa progéniture étaient des foyers du savoir et de la sagesse. Il était un homme multiple et multidimensionnel. Il était on peut dire sans hésiter un Grand Homme. Serigne Mbacke Bousso exprimait à la foi son temps et le futur de son temps. Il avait réalisé ce que Hegel disait : l’idée, la raison, le concept, l’esprit, le monde, la pensée, l’histoire. Allez visiter son œuvre, vous verrez qu’il résume la totalité des formes variées : poète, dévot, homme de lettres, intellectuel, etc. Serigne Mbacke Bousso était venu sur terre pour la marquer. Son histoire ne se répétera pas. Il était unique aussi dans son savoir que dans son comportement exemplaire.

En matière de comportement, Serigne Mbacke Bousso était un prodige. Sa droiture, sa perfection peuvent en témoigner. De plus, il était l’homme qui s’était acquitté entièrement des droits de Dieu. Il était cet homme dont la dévotion était sincèrement et exclusivement vouées à Dieu. En vérité, Serigne Mbacke était un homme qui avait traduit sa servitude en acte. Si un homme avait le droit de considérer que ses qualités personnelles étaient à l’origine de sa position glorieuse et de sa haute renommée près des gens, c’est bien Serigne Mbacke Bousso.

Mais il ne s’est jamais vu comme une personne auréolée de gloire, de puissance ou de prééminence. Il était resté malgré son aura cet homme avec une extrême humilité et dans le dénuement total. Et pourtant il était puissant car Dieu lui avait doté de sa puissance, mais celle-ci n’avait en rien dominé sa personne. Le bas monde avec toutce qu’il contient d’ornements et de tentations ne l’a jamais voilé ou détourné.

Malgré les charges, il n’avait jamais oublié ses missions et ses responsabilités, allant de la surveillance et à la protection des législations et les principes de la religion afin qu’aucun plaisantin ne s’en moque, et qu’aucune personne animée par une ambition mondaine n’en fasse un tremplin qui lui permette d’atteindre ses objectifs. Durant tout son vécu, il était ce protecteur de l’islam, de la sunna et de l’éthique. Pour résumer de la meilleure manière, je dirai que Serigne Mbacke Bousso était le disciple au vrai sens du terme et de tout son contenu de Serigne Touba.

Mouhamadou Moustapha Diop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *