MAHREZ PEUT-IL BATTRE MANÉ POUR LE TITRE DE JOUEUR AFRICAIN DE L’ANNÉE ?

Déjà titré en 2016, Riyad Mahrez, technicien hors pair, apparaît aujourd’hui comme le principal rival du favori au titre de meilleur joueur africain de l’année, Sadio Mané. On vous dit pourquoi

La CAN, son atout principal

Mohamed Salah contre Sadio Mané. Le Sénégal contre l’Egypte. La CAN 2019 devait se résumer à un match dans le match entre les deux grandes stars d’un Liverpool auréolé d’une victoire en Ligue des champions en mai dernier. Finalement, l’Egypte et le Sénégal ont abdiqué face à l’Algérie. Et les deux Reds face à la troisième grosse star du continent : Riyad Mahrez. Complètement investi lors de cette compétition où il n’a pas rechigné à défendre, le numéro 7 des Verts est le genre de talent «qui vous fait passer l’autre côté», selon son sélectionneur Djamel Belmadi. Bien vu. Pour contester le statut de favori de Mané, l’Algérien a remporté la compétition phare du football africain et a marqué les esprits avec un coup-franc magistral à la 90e contre les Super Eagles, en demi-finale (2-1). Une image puissante capable de se transformer en outil de campagne efficace dans la course aux trophées individuels. Ce but a ainsi fait le tour du monde, le tour des réseaux sociaux, inspirant bon nombre de minots dans des ruelles parfois cabossées reproduire ce but victorieux du capitaine des Fennecs. En retrait avant la CAN par rapport à un Sadio Mané, co-meilleur buteur de Premier League ex-aequo avec Salah et Aubameyang (22 buts) et impliqué directement sur 7 buts en 13 rencontres de Ligue des champions, l’ailier de Manchester City, grâce à ce succès en Egypte, est de nouveau candidat au titre de MVP africain. Une distinction déjà remportée en 2016 après une saison exceptionnelle sous le maillot de Leicester.

Titré avec Manchester City

Meilleur que Salah et Mané à la CAN, l’affaire se complique par rapport à ses concurrents directs lorsqu’il s’agit d’aborder son parcours en club. Duo africain indéboulonnable, les deux perles de Liverpool ont brillé. Ils ont fini co-meilleur de Premier League avant de remporter la prestigieuse C1. Pour l’Algérien, le bilan est plus contrasté. Leader du duo avec Jamie Vardy chez les Foxes, il a débarqué dans un effectif XXL où la densité de joueur-star dans son secteur de jeu est peut-être la plus élevée au monde. Il a dû composer avec une concurrence féroce (Sané, Sterling, Bernado Silva, De Bruyne etc….) et également s’adapter à un nouveau logiciel de jeu. Dans cet embouteillage, le Fennec a tiré son épingle du jeu par séquence et s’est montré important, notamment avec le but de la victoire à Bournemouth (1-0) en plein sprint pour le titre. Il finit avec des statistiques honorables (12 buts, 12 passes en 44 rencontres) mais surtout, il termine avec des titres. Au plan national, il a e, effet tout gagné : Premier League, FA Cup, Coupe de la Ligue et Community Shield avec Manchester City. Depuis le début de saison, son temps de jeu est en augmentation et il n’a jamais déçu. Guardiola est sous le charme : «Quand Mahrez jouait la saison passée, il était bon. Mais cette saison, il joue plus régulièrement et ses prestations sont au top niveau. Il participe au travail défensif et se montre présent sur les deux fronts. C’est un plaisir de le voir jouer». Suffisant pour contester Mané ou Salah ?

Une nouvelle dimension

Si la cote de Riyad Marrez est remontée en flèche depuis quelques mois, c’est aussi parce que l’Algérien est un peu sorti de sa coquille. Leader technique sur le terrain, il a surpris son monde en devenant également le patron de sa sélection nationale. Alors que l’Algérie a eu beaucoup de mal à digérer, ces dernières années, le départ de joueurs cadres comme Boughéra, Yahia, Lacen ou Medjani, il s’est transformé grâce à la confiance de son sélectionneur. Capitaine et guide d’une sélection très exposée, il a porté El-Khadra vers sa deuxième Coupe d’Afrique des Nations. Cerise sur la pâtisserie orientale, il s’est aussi illustré sur un autre terrain. Comment ? Avec un “tweet” humoristique, il a envoyé un message plein de subtilité à un élu du Rassemblement National qui souhaitait une victoire du Nigeria contre l’Algérie. «Le coup franc était pour toi. On est ensemble», a tout d’abord écrit le capitaine de l’Algérie, avec les drapeaux de l’Algérie et de la France à côté. Il a envoyé un deuxième message : «Le foot > > la haine. Bonne soirée.» Le temps d’une CAN, il a donc marqué l’Histoire des Fennecs et s’est imposé comme un porte-voix positif pour tous les binationaux.