LA MONDIALISATION FACE A LA CULTURE MOURIDE

Herbert Marcuse le Philosophe Marxiste en 1964 prédisait dans son célèbre ouvrage « l’homme unidimensionnel » la réduction de l’individu à une seule facette : un conformisme asservi par la technologie plutôt que par la terreur. Il déplorait la diffusion de la culture de masse qui réduit le citoyen au rang de simple consommateur, une quinzaine d’années plus tard, Vance Packard dans « La persuasion clandestine » dénonçait la stratégie des industriels publicitaires pour contrôler les mentalités des consommateurs et uniformiser leur comportement.
Aujourd’hui avec la mondialisation, ces phénomènes prennent une dimension insoupçonnée et remettent à l’ordre du jour les craintes de Marcuse. Il semble selon Théodore Levitt que « le temps des différences régionales et nationales dues à la culture, aux normes et aux structures sont des vestiges du passé ». Des chercheurs de Cambridge avancent l’idée que la culture de masse est vouée à s’étendre à partir du centre, en l’occurrence les Etats-Unis, vers la périphérie qui est en fait le reste du monde. Cela fait craindre l’instauration de l’hégémonie d’une seule puissance du fait de « l’échange inégal entre les cultures ». Ce débat est entré dans la conscience commune. Et pour beaucoup d’auteurs, la constitution d’un marché global entraîne la formation d’une culture globale qui gomme toutes les identités nationales. Revient en surface l’idée classique de l’unification humaine par la technique de production, de transport, de communication, d’information, désormais banale, pour rendre compte de cette question de plus en plus prégnante qui concerne l’avenir de la culture à l’âge du tout planétaire.
Que vont devenir les valeurs culturelles nationales ? Vont-elles se modifier pour épouser les logiques de compétition ou alors seront-elles étouffées ou gommer par la culture standardisée découlant de la mondialisation ? Ces questions sont au cœur de la crise qui secoue les sociétés africaines. En effet, la mondialisation par les moyens de communication de masse diffuse un modèle culturel global bouscule toutes les valeurs et comportements autochtones et les pousse à des formes multiples et complexes de refus et de résistance.
En 1946, Cheikh Anta DIOP, a commencé à développer dans une série d’essais le concept de la renaissance africaine et met l’accent sur l’exemple révélateur de Thèbes sous le XVIIIème dynastie. « Ekhanon fut un pharaon acquis à l’influence orientale. Par ses réformes, il faillit diluer l’Egypte de son époque et l’aliéner progressivement au profit des peuples d’Orient qui n’étaient ni techniquement ni scientifiquement plus avancés. Le clergé de Thèbes se dresse derrière Toutankhamon pour recouvrer sa liberté et l’autonomie de la nation égyptienne, en ramenant la pensée de l’époque des dieux, aux croyances et aux cultures de tradition purement thébaines. Les Prêtres savaient tout simplement que l’Orient de l’époque ne leur apportait rien de substantiel même en matière religieuse. Ils savaient également qu’en renonçant à leurs dieux et à la leur vision du monde sous-jacents à leurs institutions religieuses, ils s’abandonnaient dangereusement à une aliénation culturelle qui préparait progressivement l’extraversion de l’Egypte et la perte d’identité du peuple pharaonique, la conquête de leur pays par des modèles, des symboles et des instruments qu’ils n’avaient pas élaborés et dont ils ne pourraient décider l’évolution. Mais les Prêtres savaient aussi que l’impérialisme culturel est toujours contemporain de l’impérialisme politique et économique ». Le drame évité de Thèbes est le drame vécu par le Continent africain qui doit se convaincre que « l’identité culturelle procède de l’expression volontaire d’une authenticité qui prend racine dans le génie de chaque peuple et dans les valeurs fondamentales qui la sous-tendent.
Cette recherche de l’authenticité passe par un ressourcement qui ne traduit pas simplement un simple retour aux sources mais intègre les réalités et les impératifs du monde moderne. Elle implique une prise de conscience lucide qui permet l’actualisation et le renouvellement des valeurs, interdisant ainsi la création de ghettos culturels. Il s’agit de découvrir de nouvelles dimensions de la culture africaine. C’est dire que le monde africain doit élaborer une stratégie culturelle suffisamment efficace pour atténuer les impacts négatifs des modèles culturels étrangers. Cela suppose un système de communication fondé sur l’utilisation des langues nationales atteindre les masses africaines, une coopération culturelle internationale et la création d’instruments culturels destinés à favoriser les échanges, à financer les industries cultuelles, à encourager les activités intellectuelles.
Fooleen guiss xameeleen, loudoul Serigne Touba gnorouleen kheebougnou darra yeemougnou darra seen style (Oyoff gui, saff xorom gui, Xasida yi, Baye Laat yi, Thiaaya yi, Makhtouma yi, laafa Serigne Bara, Samba Sembé, degagement yi, marakiis you am talon yi, soujoot gui, koureel yi, Sikaar si, Nango ligguéy gui, café Touba gui, khérou Touba, Magal Touba, Jumah Touba, Serigne Touba, Massalikal Jinaaaaaaaan) c’est du Ouf !!!
Ce n’est pas du chauvinisme nak ay Mouride lagnou des fous fiers
Je suis né disciple, je suis disciple et je veux mourir disciple

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *