MASSALIKUL JINAANE :
ON NE PEUT PAS ARRETER LA MER AVEC SES BRAS

La grande mosquée ” Massalikoul jinaan ” , construite au coeur de Dakar par la communauté mouride, est une réponse concrète face à tous les courants, religieux ou non, qui mènent un combat, souvent subtil, contre l Islam en général et les confreries en particulier. Cette mouvance internationale cherche à soustraire les hommes et les femmes de la tutelle de toute autorité, même divine. Elle s’attaque à nos hommes religieux qu’elle considère comme des ” etres ordinaires ” ; ceux-la qui ont sacrifié leur vie entière au service de l’islam, de l’humain tout court afin qu’il vive en paix dans ce bas monde et dans l’au delà.
Le souvenir de la caricature du magazine ” Nouvel Horizon ” sur Serigne Touba, est encore vivace dans nos esprits. A cela s’ajoutent récemment l’affaire de la pharmacie Guigon et celle de l’institut sainte Jeanne d’arc.
Ce combat menè par tous les comploteurs, contre l’Islam en général et les confreries en particulier est peine perdu. Ces ” réformateurs ” , idéologues et commis de loges maçonniques trouveront devant eux, jusqu à la fin des temps, des fidèles qui leur opposeront la résistance pacifique pour préserver tout l’héritage moral et spirituel légué par les dignes défenseurs de l’islam en Afrique occidentale contre le projet colonial. Parmi ces continuateurs de l’oeuvre de nos guides qui nous orientent toujours dans la bonne direction tracée par l’Élu, Mouhammed (psl), se distingue Serigne Mountakha Mbacke. Loin d’être ” un citoyen ordinaire ” , le khalife général des mourides est un facteur de paix, de progrès, d’assurance et de bonheur.
Serigne Mountakha est l’incarnation de la sagesse, de la sainteté, du dévouement pour la cause de l’islam, bref des nobles caractères. C’est un guide vertueux et éclairé dont les actes au jour le jour ne cessent de nous indiquerr la voie du développement endogène de notre pays et de notre continent.
Massalikoul Jinan est le témoin de son engagement et de celui de toute la communauté mouride qu’il ménage en main de maître, à préserver l’Islam dans notre pays au moment où d’autres mouvements passent tout leur temps à critiquer et remettre en cause l’oeuvre de nos guides religieux.
Cette posture est facile et sans intérêt pour l’islam, car si toutes les confreries faisaient comme eux, notre religion n’aurait pas la place qu’ elle a eu au Sénégal..
Donc, à tous les détracteurs des voies soufies qui, à cause de leur vision tronquée de l’Islam, mettent tout l’héritage de nos guides religieux dans leur longue liste de ” bidaa “, Massalikoul jinan est la preuve que vous ne pouvez pas arrêter la mer par vos bras.
Par leurs preches et sermons, ils se pennent en censeurs voire même ” representant de Dieu sur terre ” et gardiens du temple. S’il n’ y avait pas les communautés religieuses au Sénégal, le temple se serait effondré depuis longtemps, car on ne promeut pas l’Islam par le denigrement et la negation de tout un parcour religieux élogieux agréé, du reste, par ALLAH (swt) et dont la récompense sur terre n’est plus a demontrer.
Il est plus courtois d’imiter le modèle mouride et d’arrêter de tendre la main aux Arabes qui vous financent et vous dictent leur vision de l’Isam.
C’est pourquoi, après avoir essayé la monarchie, le communisme, le socialisme, le capitalisme, la démocratie, essayons maintenant le Mouridisme et on verra que toute l’humanité s’en réjouirait : le sang cessera de couler, le terrorisme disparaîtra, la pauvreté n’existera plus, les contre-valeurs ne seront plus que de vieux souvenirs et les inégalités sociales s’estomperont. Il est vrai que pour sortir de la paucrête nous avons besoin de ressources et d’investissements, mais aussi et surtout d’une bonne morale à l’abri de la corruption, du népotisme, du détournement de deniers publics, de l’amour acharné du pouvoir et des biens terrestres, de l’usure et du mensonge. Or, le Mouridisme a pour vocation de « construire » des hommes intègres, loyaux qui allient foi et travail.
C’est la raison pour laquelle, tout le potentiel moral et spirituel du Mouridisme mérite d’être exploré, revalorisé et promu obstinément par les religieux et les politiques à travers le système éducatif, pour servir de contrepoids face à la propagation du mal sur terre, si véritablement nous sommes indépendants, c’est-à-dire libres de nos choix et de nos orientations.

Papa Fary Seye, Enseignant, Écrivain, Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *