MASAALIKUL JINAAN : L’africain peut bien se prendre en charge.

La mosquée ” Masâlikal Jinân” n’est pas que seulement un édifice, un bijoux éclatant, mais elle est un esprit comme son nom l’indique ” Les itinéraires du Paradis” C’est un chemin tracé vers un but précis, situé en-dehors de nos contingences physique et temporelles, mais en dedans de notre être. Ce chemin a pour but aussi de donner un sens particulier à la vie de l’être, à trouver une éthique et un plaisir de vivre naturel, exprimés de manière percutante à travers l’islam. De cette manière, l’homme se prendra en charge et prendra son avenir en charge dans une dynamique de dévotion cultuelle. Outre l’aspect cultuel, Masâlikal Jinân véhicule un état d’esprit, une historique, des imaginaires, une philosophie, une foi en un mot je dirai un système de pensée et d’action.

Au-delà, elle enseigne une implacable vérité : l’africain peut bien se prendre en charge en comptant sur sa propre ingéniosité et d’inventivité. Il lui faut juste une foi, l’histoire, il l’a aussi bien que les exemples. Mais il faut qu’il soit d’abord un africain et non un homme à ” action-réaction”. De plus, il lui faut écrire son histoire. Et dans ce domaine, les mourides en sont un bel exemple. Ils ont ce génie d’inscrire le passé dans le présent et vice versa, mais surtout avec un dose d’inventivité inouïe. Les mourides ont un don sur l’écriture de l’histoire.

Après quatre vingt douze ans de la disparition de Cheikh Ahmadou Bamba , les mourides continuent d’écrire son histoire et de la porter. Non seulement c’est une littérature qui émerge, mais ce sont des événements qui s’impriment avec des récits linéaires qui plongent le mouride aussi bien dans le passé que dans le futur. Cherchez moi le mot : le rêve, je veux dire ! Derrière Masâlikal Jinân, derrière l’université, derrière la grande mosquée, c’est l’histoire d’une communauté, mais aussi c’est le rêve de Cheikh Ahmadou Bamba qui se matérialise et l’ambition d’une communauté qui a confiance en elle et qui sait se prendre en charge. Du village, d’une petite bourgade rurale, Touba est devenue la seconde ville du Sénégal. D’une minuscule mosquée à Gouy mouride, ils en ont fait un bijoux extraordinaire qui détruit tous les symboles de Dakar pour placer au centre de cette ville le symbole divin qui doit être le centre de tout.

“Murid is beautiful”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications