Wade-Macky-karim: un jeu d’échec à distance et pourtant tout proche.

Ousmane sonko, le dindon de la farce wadienne à la sauce mackyste, assaisonnée de conciliabules politico-religieux.

Le bonhomme aurait mieux fait de garder sa distance d’avec les briscards politiciens de tous poils.
Mais enfin, nous apprenons tous de nos erreurs et cela nous grandit. Sauf qu’en politique, les erreurs se payent cash. Et à trop jouer au rusé, on finit par se prendre au piège de son propre jeu.
Difficile d’imaginer le sentiment qui doit l’habiter, en voyant Wade soulever la main de Macky, cet après-midi, quand les deux nommés quittaient la mosquée de Massalikoul Jinane.
Une symbolique qui ne témoigne pas seulement de la réconciliation feinte ou réelle, entre le pater et le fils désormais rentré au bercail, jadis égaré au milieu de la savane socialo-gauchiste, dont la mort physique et politique nous fût prédite par Wade himself, en 2012, en réponse au gorgui dééna soul nagnou ko ( le vieux est mort et enterré ), mais aussi révélateur d’une aube nouvelle de la famille libérale, à l’exclusion de tous les autres courants politiques.
Sonko apprend à ses dépends, tout comme Idy, que la politique n’est pas une affaire de premier de la classe, moins encore de prolixité qui vante ses mains de Fakir.
Que dira-t-il de wade après ça ? S’obstinera-t-il à brocarder le dialogue politicien, oups pardon, national ?
Se rangera-t-il derrière Karim Wade ?
Cette réconciliation qui n’en est pas, en vérité, mais qui s’accommode bien avec la praxis sunugalienne, étant donné le niveau de conscience collective et son rapport étriqué au fait religieux, il fallait bien l’orner d’un cérémonial spiritiste qui la consacre. Et occasion ne pouvait mieux tomber, pour entourlouper au grand jour le peuple du deal entre wade et Macky, au bénéfice du fils.
Ce n’est donc pas un hasard, ce nettoyage au karcher du PDS de tous les vieux caciques du parti, au profit de la jeune garde, anciennement con-crétistes acquis à la cause de karim. Rien ne devait faire obstacle à ces fausses retrouvailles, pourvu que Macky, prédateur et spolieur de nos biens et avilisseur de notre dignité, contre cession du bail présidentiel, se sauve sans coup férir. Au nom du pardon. Les communistes et les socialos-opportunistes, s’étant fait gaver comme des pintades ne sauraient la ramener.
Nous voilà au milieu du gué. Pauvres de nous.

Aguibou Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *