Les Algériens se rendent aux urnes jeudi pour élire un nouveau président.
Il s’agit de la troisième tentative d’organiser un vote cette année, après que des manifestations de masse ont forcé le président de longue date Abdelaziz Bouteflika à démissionner en avril.
Le taux de participation devrait être faible, le mouvement de protestation du pays boycottant le vote, le rejetant comme une farce.
Les cinq candidats sont tous d’anciens hauts responsables liés au président déchu.
Le mouvement de protestation, déclenché par l’annonce antérieure de M. Abdelaziz qu’il se présenterait pour un cinquième mandat, demande une période de transition avant la tenue de nouvelles élections.