Lettre à mon peuple: Nous ne sommes pas lâches !

C’est le cœur lourd, inquiet, réduit à une vie d’exilé, incapable de rentrer dans mon pays que je m’adresse à toi peuple du Sénégal: bien au delà de ce jour crucial du 13 Décembre, demain, où s’offre un rendez-vous en point de basculement pour notre destin collectif.

Guy Marius Sagna, Babacar Diop et leurs compagnons d’infortune, comme moi, hier, dans des cellules de prison, ne sont que des lignes de mire ponctuelles. Des êtres humains, somme toute secondaires, ne pouvant pas transcender la crispation et la cristallisation généralisées des rancœurs et souffrances. Des prétextes pour déclencher un sursaut d’ensemble. Générer non seulement un refus mais un sauvetage d’un peuple sous la menace d’un génocide.

Comme chacun d’entre-vous, mis à part les forces de la prédation, du pillage et de l’aliénation de nos libertés, je vis les moments les plus graves de l’histoire de notre nation.

Point n’est besoin de pinailler ou de se vanter d’avoir vu ceci venir : je ne reparle pas ici de mon avertissement contre le danger que portait l’élection au pouvoir suprême de Macky SALL. Ce qu’il est en train de faire dépasse toutes les bornes.

La pauvreté, la misère et le malheur, l’insécurité, la division ethnique, la fragilité religieuse, l’injustice, les viols, la violence physique et mentale, le désespoir, le bradage voire la recolonisation économique de notre cher Sénégal sont notre réalité. Est-ce notre destin ?

Manufacturer des informations

Plus personne n’est en sécurité. Même quand on parvient, comme c’est mon cas, à fuir le pays.
Nous sommes tous face à un individu capable de fabriquer des “preuves”, de manufacturer des informations, de faire dans la délation auprès des médias et des dirigeants africains, de détourner les relations d’affaires ou de les bloquer quitte à priver les sénégalais de ce qui peut leur donner ce bol d’air dont ils ont atrocement, vitalement, besoin.
Ne tremblons pas simplement parce que sa bande a lui étale aux yeux du monde, par les fracas de voix, par des chiffres, des faits ou même des vidéos, les preuves que nous sommes entre des mains criminelles. Ne doutons plus, par Makhtar CISSE et son gang de pilleurs, que leurs plus fines élites sont aussi dans le coup du braquage. Ce député qui est pris fabriquant des milliards de faux billets de banque. Ces diplomates arrêtés à Paris cette semaine en violation du transfert des devises. L’épouse de ce directeur général de la SAR qui serait mouillée dans le crime des billets de Bougazelli. Le saccage de la SAR lui-meme. Nos libertés enchaînées par le canal d’un faussaire ministre de la justice, sans doute lié aux pires lobbies humains, nul et au service des plus lugubres causes anti nationales. Ce conseiller diplomatique ethniciste incrusté au Palais présidentiel d’où il manœuvre pour bloquer les initiatives, notamment commerciales, utiles au pays. Ces agents du Protocole d’Etat et tous ces fonctionnaires, y compris ministériels, payés par nos soins mais agissant contre nos intérêts communs pour pousser des deals privés. Ces politiciens réunis pour s’auto-et-s’entre-amnistier. Les forces de l’ordre paupérisées, proches de la rupture, ne sachant plus leurs zones de déploiement mais brimant et réprimant sans limites -illégalement au nom d’une mission d’instauration d’un climat de peur et de délation. Qui peut encore nier aussi que toutes nos ressources foncières, fiscales, financières, en commençant par nos biens naturels précieux, comme nos mines et nos hydrocarbures, sont piratés au profit d’une bande prête à tout pour imposer le silence et la crainte pendant qu’elle mène ses activités ?

Situation du Sénégal

C’est donc dire, Sénégalaises, Sénégalais, que, demain 13 décembre, se joue non pas la liberté des détenus (de trop) mais notre destin en tant que peuple libre et nation souveraine.
Même en étant loin du pays, j’ai peur de ce qui peut se produire si nous n’agissons pas.
J’avertis les mouvements des droits de l’homme afin qu’ils alertent le monde entier au delà de nos cas spécifiques sur la situation du Sénégal.
Nous ne pouvons plus faire face au coût de la vie. La société est brisée. Les relations humaines détruites. L’avenir, comme le présent, plus que compromis: hypothéqués et sans espoir!
Levons-nous demain et les jours d’après jusqu’à recouvrer notre humanité, notre dignité, notre liberté: nous n’avons d’autre choix sauf à vouloir mourir écrabouillés dans le déshonneur et le malheur sans même avoir eu le réflexe d’une autodéfense.
Nous ne sommes pas lâches ! Et le Sénégal nous appelle.
N’ayons pas peur : l’histoire est notre baromètre.
Je refuse de mourir sans me battre. La guerre est ouverte. Il faut en finir avec nos pilleurs, ceux qui ont pactisé avec le diable pour nous enchaîner dans des contre-valeurs qu’ils nous cachent: battons-nous contre nos ennemis, ils sont identifiés !

Adama Gaye, Assouan, Egypte, le 12 décembre 2019.

Ps: Que tous les Senegalais sachent qu’une fois de plus, après avoir détourné les centaines de milliers de barils de pétrole que j’avais obtenus pour le Sénégal, le fautif tente, avec les siens, de capturer un grand groupe d’électricité que j’ai introduit au Sénégal, à MAKHTAR CISSE, à Abdoulaye Dia, à l’omvs, et à l’Omvg.. En même temps, par antipatriotisme, il revient sur un engagement à rencontrer un groupe décidé à et capable de contribuer à faire baisser le coût de la vie, comme il l’a réussi en Égypte, par son expertise et ses investisseurs dans le gaz. Retenez Elseweedy et Taqa !
Je vous le dis: nous sommes face à un ennemi de la nation.
Bougeons-nous si nous ne voulons pas mourir en lâches devant un tortionnaire nous ayant déjà transformés en zombies. Debout et n’ayons pas peur de tout dire. Tout. Le temps n’est pas aux finasseriez: il y a péril en la demeure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications