Les États-Unis critiquent le manque de sécurité dans la région du Sahel

Les États-Unis ont critiqué les gouvernements de la région du Sahel en Afrique de l’Ouest pour n’avoir pas fait davantage pour lutter contre l’aggravation de la violence islamiste.
L’ambassadeur adjoint des États-Unis auprès des Nations Unies, Cherith Norman Chalet, a déclaré au Conseil de sécurité que le Mali en particulier avait peu progressé dans la mise en œuvre d’un accord de paix.

Elle a déclaré que les dirigeants ouest-africains devaient être plus inclusifs et responsables.
Le briefing du Conseil de sécurité sur l’extrémisme violent au Sahel fait suite à une attaque la semaine dernière par le groupe État islamique (EI) contre une base militaire dans l’ouest du Niger où 71 soldats ont été tués.

Il a été décrit comme le raid le plus meurtrier contre l’armée nigérienne de mémoire d’homme et le président nigérien Mahamadou Issoufou a reçu publiquement vendredi les corps des soldats morts.
Les présidents du Niger, du Burkina Faso, du Tchad, du Mali et de la Mauritanie ont depuis lancé un appel à l’aide internationale pour lutter contre les militants islamistes.
Cinq dirigeants ouest-africains ont appelé à une aide internationale accrue pour lutter contre les militants islamistes après l’attaque.
Le président français, Emmanuel Macron, accueillera une réunion des présidents du Sahel le mois prochain.